La comédie de l'année, signé Luc Besson s'il vous plait. Cocorico.

Avis sur Lucy

Avatar Matt  Fox
Critique publiée par le

Pourtant j'aime Luc Besson. J'aime la cité du cinéma. J'aime Europacorp (en tout cas, je supporte^^). J'aime le dernier combat. J'aime Subway. J'aime Le Grand Bleu. J'aime Nikita. J'adore Léon et le Cinquième Élément. Mais après qu'est- ce qui s'est passé, mon pauvre Luc ? Tu t'es perdu en cours de route ? Toi, le seul réalisateur français qui avait une notoriété internationale, toi qui réussissait à élaborer des projets internationaux formidables, toi le réalisateur français qui a réussit a placer Jean Reno et Gary Oldman parmi mes acteurs préférés, toi qui m'avait tant procuré de plaisir avec Leeloo et Corben, toi qui a fait du grand Bleu, un film sur la mer, un film culte et un phénomène de société pour toute une génération, toi qui avait réussi à me faire pleurer comme jamais avec Mathilda, toi qui avait fait décrocher un césar à Christophe Lambert (Christophe fucking Lambert ! ^^). Toi le réalisateur sans peurs et sans reproches, engagé et talentueux reconnu internationalement, celui qui a émerveillé une génération sur tes anciens films.

Le passage à l'an 2000 lui a été fatal : Jeanne d'Arc s'en sort honorablement, et là, c'est le drame. Peut-être s'est- il jamais remis de sa rupture avec Milla Jovovich. Il devient producteur, il fonde Europacorp, il dit "fuck le cinéma, moi je m'en bas les couilles, je fonde ma propre société européenne et je fais mon business". Un projet ambitieux et prometteur. Mais le problème c'est que Luc Besson fait de la merde, et cela se ressent sur sa filmographie des années 2000 : la trilogie des minimoys et Angel- A sentent bons les petits films de merde sur lequel tu tombe un hasard d'une soirée ennuyeuse sur TMC ou NT1, tu sais jamais si tu dois en rire ou en pleurer.
Adèle Blanc- Sec, Malavita et The Lady ne sont pas mieux malheureusement : des projets chers, internationaux, un casting de fou furieux (avoir De Niro, quand même !), mais c'est de la merde. Le magicien Besson n'est plus que l'ombre de lui- même, malgré le fait que je pense que c'est un excellent businessman et qu'il veut quand même faire avancer un cinéma "européen" avec une patte française.

Bref, on va voir avec mon père, lui aussi admirateur de la première moitié de la carrière de Besson, Lucy, ça sentait mauvais. La bande- annonce était mauvaise, mais il y avait Choi- min Sik, Morgan Freeman et Scarlett Johansson. Et puis le pitch avait l'air marrant ; pendant quelques secondes, j'ai cru qu'on allait retrouver le grand Besson, celui du 5e, celui de Léon.
ça part en couilles très vite. Et puis plusieurs scènes dès les 10 premières minutes ne passent pas : je rigole. Mon père rigole. On rigole tous les deux. Puis plus le film continue, plus on est mort de rire. Intouchables et Bienvenue chez les ch'tis réunis ne réussissent une telle performance de rigolade. J'étais à moitié écroulé dans la chaussée, hurlant de rire, les côtés fêlées. Plusieurs personnes dans la salle eux- aussi rigolaient, en même temps dur de ne pas résister. Assurément la comédie de l'année, on est bien dans un navet pur et dur malgré quelques côtés nanardesques, et putain qu'est- ce que ça fait du bien de rire comme ça !
On en ressort avec la banane, et envie de le revoir tellement c'est incohérent. Je le classe directement parmi mes séances de cinéma les plus surréalistes qui soit, voir 100 personnes mourir de rire pour un froncement de sourcil de Scarlett, c'est jouissif.

Pour ceux qui veulent le voir quand même :
- Y a un scénario qui est... du caca. Même moi je pouvais mieux faire. Ou c'est une énorme dose de cocaïne prise par des scénaristes, après le nouvel an et en matant Breaking Bad. Ou c'est un suicide collectif.
- Morgan Freeman est ici pour prendre son cachet, a-t-il des ennuis fiscaux ou des problèmes avec la justice ?
- Choi min- sik est énorme : fou furieux de fou furieux (je crois qu'il s'est trompé de tournage), il justifie à lui seul le remboursement du ticket du cinoche.
- Scarlett Johansson est à fond dans son rôle, d'ailleurs je ne pense pas qu'elle ait lu les dialogues ni le scénario, elle est là pour jouer la badass. Et elle joue comme mon cousin qui se casse la gueule en haut d'un escalier lors d'une énième vision des cassettes familiales. Putain qu'il est con !
- Luc Besson fait ce qu'il peut ; enfin, il fait n'importe quoi, mais tente de dresser un sens à ce film qui n'est même pas digne de sortir en direct- to- DVD. Les dernières séquences se veulent effet "2001" ou "Interstellar" mais on dirait un mauvais powerpoint.
- Effets spéciaux réussis. Voilà.
- Séquences d'action qui ne servent à rien.
- Photographie, hum...
- Décors, hum...
- Montage : quel est le............
- Bruit de vomi.

Donc, on rit beaucoup, on est affligé, consterné, et on voit Supergirl se transformer en clé USB. Ne cherchez pas de logique, j'ai essayé, juste prenez 1H30 de votre vie et savourez.
Vivement Lucy 2 !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 317 fois
1 apprécie

Autres actions de Matt Fox Lucy