Un film unifiant réalisme poétique et expressionnisme allemand

Avis sur M le maudit

Avatar Froward
Critique publiée par le

Dans Le mépris (1963) de Jean-Luc Godard, Fritz Lang exprime sa préférence pour M le maudit face à Brigitte Bardot.
M le maudit est un film narrant l'histoire d'un tueur en série pédophile qui, par ces actes, va mener à une paranoïa collective prenant toute une ville et n'épargnant aucune classe sociale. Ainsi, les mesures prisent par l'inspecteur Lohmann(qui représente avec Le testament du docteur Mabuse le Lang Cinematic Universe, bien meilleur que le plus connu) vont conduire les criminels eux-mêmes à faire la justice en cherchant ce tueur.
Par son sujet et son époque, M le maudit est un film expressionniste. En effet, le sujet de la criminalité et de l'horreur consituent les principaux thèmes du cinéma expressionniste allemand. De plus, Lang a recours à plusieurs objets symboles: ainsi, le ballon symbolise l'âme de la petite fille; dans la scène finale, nous pouvons constater que la lampe qui éclaire les quatre "juges" ressemble étrangement à une potence,. Aussi, certaines parties de la mise en scène sont clairement expressionnistes: le recours aux ombres, aux plans angoissants comme celui de l'escalier au début du film, l'exagération de certaines scènes comme le moment d'opposition pendant un dîner bourgeois, etc.
Néanmoins, c'est un film qui rompt avec l'esthétique de Nosferatu ou du Cabinet du docteur Caligari où même les décors étaient fabriqués et stylisés. Ainsi, le film se déroule dans un décor citadin, réaliste. C'est pour cela que je trouve plusieurs accointances avec le réalisme poétique: des décors réalistes mais travaillés, le recours aux parias, etc. Enfin, le propos du film est social: la mère qui perd sa fille au début du film est représentative de la classe ouvrière, le personnage de Lorre explique que il ne fait pas ses crimes par choix comme les autres criminels qui l'accusent mais qu'il n'est pas maître de lui-même. D'ailleurs je trouve que la scène finale avec le jeu des mains montre qu'il ne contrôle rien, qu'il est soumis à l'extérieur. Lang montre aussi que il n'y a pas d'honneur dans le milieu de la pègre: les criminels ne cherchent cet homme que parce que ses actes entravent le bon fonctionnement de leurs affaires, ils ne viennent pas en aide à leur camarade qui finit par les dénoncer. Néanmoins, Lang ne tombe pas dans le sentimentalisme ridicule en essayant de rendre son personnage principal héroique: il reste un meurtrier fou.
Le film montre aussi les dérives de l'opinion publique menant à cette paranoïa: tout le monde est suspects pour tout le monde et pour toutes les classes sociales. La moindre situation peut mener à un quiproquo. Les habitants, terrorisés, cherchent désespérément un coupable prenant n'importe quelle personne accusée sans preuve.
Pour conclure, je considère ce film comme un chef d'oeuvre du cinéma allemand et de l'histoire du cinéma.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 33 fois
Aucun vote pour le moment

Froward a ajouté ce film à 1 liste M le maudit

  • Films
    Affiche Salo ou les 120 journées de Sodome

    Top 10 Films

    Avec : Salo ou les 120 journées de Sodome, La Grande Bouffe, Le Mépris, L'Ange exterminateur,

Autres actions de Froward M le maudit