Justice : La malediction du crime

Avis sur M le maudit

Avatar Arkeniax
Critique publiée par le

M le Maudit est le premier épisode de la trilogie Justice (prononcez à l’américaine, c'est plus classe), réalisée par Arkeniax. Ne cherchez pas cette trilogie sur le net, elle est totalement fictive, créée par l'esprit détraqué de votre serviteur qui cherche à créer une série de films sur la société et son lien plus que tortueux avec la Justice (d'où le titre de la trilogie :P).
Je ne vous dévoile pas quels sont les 2 suites, vous le découvrirez tantôt, un peu de patience.

M le maudit, donc, est un film réalisé en 1931, relatant comment une ville entière, en proie à la panique à cause des méfaits d'un tueur d'enfants, va se liguer pour traquer et lyncher le fieffé gredin.

Ce premier film tend à montrer ainsi une ville paniquée, terrifiée par un criminel sur lequel elle n'a aucun contrôle, et dont les citoyens, civils et criminels, poussés à bout par la peur et l’incompétence des forces de l'ordre, vont décider de retrouver eux-mêmes le coupable, et lui infliger le châtiment qu'il mérite; comme si pour Fritz Lang, la société qui a créé son propre système judiciaire n'était même pas capable d'assumer les failles de sa création, et préférait donc en revenir à la justice du Moyen-Age, où c'était toute une foule en colère qui déchargeait toute sa haine sur un pauvre criminel acculé qui n'avait aucun moyen de se défendre.
Le peuple en a marre, et il réclame justice, SA justice, mais est-elle vraiment la bonne ? Après tout, M est certes un tueur fou, mais comme tout tueur en série, il ressent un besoin viscéral de tuer, un besoin qu'il ne peut reprouver, ni contenir, alors il tue. Un fou qui tue par besoin est-il à mettre dans le même panier que les gangsters et les voleurs ?
Le film s'amuse ainsi à distordre la notion de bien et de mal : Les citoyens innocents se rabaissent au niveau de simples roturiers en condamnant M sans même chercher à le comprendre, et M apparait comme un homme torturé, victime de son propre esprit dérangé ainsi que de la société, qui le rejette comme un monstre.
C'est brillant, juste brillant.
La scene du procès est un moment marquant du film et du cinéma en general, et pour cause, c'est à cet instant précis que le tueur nous apparait sous son visage le plus humain, et la tribune comme des monstres.

Ce premier volet de Justice s'avere un film efficace, qui va à l'essentiel pour mener à bout son idée, et qui le fait bien, donc regardez ce film !

Chapitre II : http://www.senscritique.com/film/Du_silence_et_des_ombres/critique/76896965

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 259 fois
1 apprécie

Autres actions de Arkeniax M le maudit