👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Éric Rohmer j'aime beaucoup. Il est selon moi un des plus grands cinéastes français. Faisant partie comme Truffaut, Godard ou Chabrol de la Nouvelle Vague, il aime à dépeindre les sentiments par une approche singulière des personnages, en y apportant un caractère intellectualisant.

Ma nuit chez Maud est le troisième volet des 'Six contes moraux' de Rohmer, s'étalant de 1962 à 1972. Il est question de religion, philosophie et mathématiques. Les trois sont imbriqués et ne se dissocient jamais. En effet, le penseur au centre du film est Blaise Pascal qui est une figure emblématique de la philosophie et des mathématiques dans la France du XVIIè siècle. Le clin d’œil du film est qu'il se déroule à Clermont-Ferrand, et justement Pascal est né dans cette ville.

Les discussions vont bon train concernant l'engagement, le mariage, la foi ainsi que le hasard des rencontres. Jean-Louis (Jean-Louis Trintignant) est un fervent catholique et a beaucoup de principes. Un jour à l'église il voit Françoise (Marie-Christine Barrault) et s'en éprend. Dans le même temps il revoit (par hasard) un ancien camarade de lycée (Vidal) qui l'emmène chez une amie à lui, Maud (Françoise Fabian). S'en suit une longue soirée où chacun discute de la place de la religion dans les rapports humains, de sa validité (cf. les Jansénistes et les Jésuites dans le film), mais également de probabilités de rencontrer telle ou telle personne.
Jean-Louis estime que la prédestination détermine les actes futurs. Que chacun a son destin. A contrario, Maud estime qu'il faut se détacher de cette idée déiste et plutôt s'attacher à suivre son cœur et ses envies. Dès lors le débat devient sourd. Même si les deux personnages apportent l'un l'autre des arguments, chacun campe sur ses positions; surtout Jean-Louis qui tout au long du film, s'évertue à se positionner avec une attitude quelque peu condescendante vis-à-vis de Maud. Un jeu du chat et de la souris s'y mêle pour compliquer les choses. Jean-Louis a toujours cette Françoise dans la tête mais Maud ne lui semble pas indifférente. Ses principes le conduisent à se refuser à elle, d'autant plus qu'il est persuadé que la jolie blonde Françoise deviendra sa femme (ce qui se confirmera par la suite).
Mais ce Jean-Louis bouffe à toutes les écuelles malgré ses airs de fervent catho et son phrasé très léché. Il sort les mêmes répliques à l'une et à l'autre à quelques heures d'intervalle. Le Don Juan feutré qui aimerait finalement bien se taper les deux (pour faire un raccourci). Je le comprends car, et Maud et Françoise sont de belles femmes.
Finalement sont-ce ses principes ou son cœur qui l'ont conduit à séduire Françoise et l'épouser ? Ou bien une prédestination due à ses croyances religieuses ?

Mon avis sur le film: les personnages jouent très bien leurs rôles, trop bien même parfois oserais-je dire. En effet, je trouve que la rhétorique est complexe (est-ce là un élément de la Nouvelle Vague Française ?), les sujets abordés sont souvent traités avec un intellectualisme poussé et revêche. Ça frise par moments le surjeu et la récitation théâtrale.
Cependant il est intéressant de voir la manière avec laquelle Rohmer réussit à nous plonger dans un univers complexe entre hommes et femmes, entre désirs, pulsions et raison, entre principes religieux exacerbés et pensée mathématique pascalienne.

Ainsi il m'est très difficile de juger pertinemment ce film. C'est pourquoi je ne lui donnerai pas de note (j'ai mis 7 car il est impossible d'écrire quelque chose ici sans être obligé de mettre une note, et celle-ci me paraissait 'correcte') car je ne sais absolument pas quoi en penser au final. Il m'est autant agréable que détestable. Comme le fameux rapport dichotomique entre passion et raison.
Et le fait de devoir rentrer dans un manichéisme "morale vs désir", me pousse à m'abstenir.

La question du hasard se retrouve souvent dans l’œuvre de Éric Rohmer. Dans Ma nuit chez Maud, elle se présente plusieurs fois (rencontre avec Vidal, Françoise à l’Église et Maud) et nous laisse penser que le hasard serait probablement la meilleure chose qu'un être humain puisse avoir afin d'avoir des rapports beaucoup plus naturels avec ses semblables.

Film troublant.
lehibououzbek
7
Écrit par

il y a 8 ans

8 j'aime

Ma nuit chez Maud
JZD
8

Critique de Ma nuit chez Maud par J. Z. D.

Oh, Maud, ces caresses égarées entre les fourrures de ses draps, ses joues tendues, les coins de ses lèvres posés contre des baisers d’au revoir. Maud, précieuse, aux jolies jambes, princesse...

Lire la critique

il y a 10 ans

39 j'aime

3

Ma nuit chez Maud
goldie
5

Critique de Ma nuit chez Maud par goldie

Au même titre que boire son propre sang suite à un coup dans les dents, ou bien concourir au plus gros mangeur de quenelles en moins d'une minute, Ma nuit chez Maud fait partie de ces activités...

Lire la critique

il y a 11 ans

31 j'aime

9

Ma nuit chez Maud
EricDebarnot
8

Clermont-Ferrand cinquante ans plus tard...

S'est posée à moi la question de la modernité de "Ma Nuit Chez Maud", cinquante ans après que Rohmer ait filmé Trintignant faisant des maths le soir après sa journée de travail chez Michelin à...

Lire la critique

il y a 6 ans

30 j'aime

7

The Division Bell
lehibououzbek
9

The last bell is ringing

The Division Bell est tout simplement le dernier et ultime album studio de Pink Floyd. On est en 1994 et outre le fait qu'il soit le dernier de la superbe discographie du groupe, il est celui par...

Lire la critique

il y a 9 ans

30 j'aime

10

In the Aeroplane Over the Sea
lehibououzbek
2

Cet album est juste une daube, rien de plus.

Je fus un mouton moi aussi. Ayant remarqué ça et là les critiques dithyrambiques, je me suis dit qu'avec de tels éloges je ne pouvais tomber que sur quelque chose de génial. Certes, Rat Diot Ed et...

Lire la critique

il y a 9 ans

28 j'aime

67

Kill ’Em All
lehibououzbek
10

Metallica nous a tous "tuer"

Révision de ma note. 8 stars faut pas déconner non plus. Le premier album de Metallica est tout juste sorti il y a 30 piges. Une époque où les galettes de thrash n'en étaient qu'au stade de bribes,...

Lire la critique

il y a 8 ans

22 j'aime