Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Critique : My Week with Marilyn (par Cineshow)

Avis sur Ma semaine avec Marilyn

Avatar Mathieu  CRUCQ
Critique publiée par le

Les biopics sont décidément un genre à la mode. Peut-être parce que la starification n'a jamais été aussi forte qu'aujourd'hui engendrant ainsi un besoin de projection à travers les icônes actuelles ou passées (La môme, Cloclo, Ali, Walk the line...). Et nous avons vu ces dernières années fleurir un certain nombre de longs-métrage à la qualité inégale mais aucun, du moins à ma connaissance, ne s'était arrêté sur l'une des stars du siècle dernier, l'étincelante Marilyn Monroe. 50 ans cette année après sa mort, le personnage demeure toujours aussi mystérieux mais est plus que jamais inscrit au firmament des plus grandes célébrités de l'histoire, à tort ou à raison.

Alors forcément, lorsque le projet My Week With Marilyn fut mis en chantier, de nombreux yeux furent tournés vers la production car il fallait bien admettre que nous attendions un excellent film. Contrairement au schéma plus classique des biopics retraçant l'histoire intégrale de la personne, My Week With Marylin se concentre sur un personnage tiers, le 3e assistant de Laurence Olivier alors en pleine direction du film The Prince and the Showgirl. Un tournage qui compte à son casting quelques grandes stars de l'époque, Sir Laurence Olivier en premier mais également Dame Sybil Thorndike et bien entendu Monroe. Une période particulière qui devient donc le prétexte à la rencontre entre l'icône la plus adulée de la planète et ce jeune homme, passionné de cinéma ayant mis tout en œuvre pour arriver à travailler dans ce milieu.

Dans sa construction, le film de Simon Curtis peut-être rapproché de Me & Orson Wells avec Zac Efron. Par le biais d'un personnage tout à fait normal, il nous est offert d'entrer dans le quotidien de la star afin d'arrêter l'espace d'un film sa personnalité unique. Un choix volontaire mais qui par essence plafonne le film à un statut mineur. Car ce qui fait la force des biopics cités précédemment, c'est bien leur capacité à dépeindre ces personnages exceptionnels, complexes, parfois fous, odieux mais géniaux malgré tout. Un génie qui s'exprime de lui-même, par leur parcours, par les montagnes qu'ils ont su lever pour accéder aux rangs d'icônes. Ici, Marilyn n'est présentée que par la « vue » du jeune Colin Clark. Une rencontre teintée de romance mais qui oublie nécessairement toute l'ascension de la star et donc ce qui permettait de faire rêver les spectateurs. Son génie n'est exprimé que par les flatteries post-tournage de Laurence Olivier mais jamais de lui-même par l'image ou par la prestation de Michelle Williams, excellente au demeurant.

De Marilyn, on découvrira surtout la personnalité fragile, instable, perturbée, en total décalage avec son statut de star. Un choix délibéré du réalisateur permettant également d'aborder sa relation avec l'écrivain Arthur Miller ou sa rencontre avec Vivien Leigh. Constamment épaulée, en déprime, Marilyn Monroe déclenche plus de tristesse que de bonne humeur et ses idylles témoignent davantage d'un manque d'amour profond que d'une joie de vivre sincère. Cette ambivalence qui donne toute la complexité au personnage est ici parfaitement retranscrite par l'actrice Australienne qui malgré tout, n'entre pas dans un mimétisme aussi fort que peut l'être par exemple Jérémie Regnier sur Cloclo. Bien que son rôle ne soit pas le meilleur de sa carrière, loin de là, Michelle Williams nous gratifie d'une prestation tout à fait remarquable et surtout très juste. Un jeu qui trouve un support intéressant par les prestations des autres membres du casting à commencer par Kenneth Branagh qui passe tout près de voler la vedette à Michelle Williams. Judie Dench et Emma Watson demeurent quant à elles très en retrait.

Réalisé de manière extrêmement conventionnelle, sans prise de risque ni folie dans l'image, My Week With Marilyn est une œuvre intéressante mais bien éloignée du niveau que l'on était en droit d'exiger d'un film sur Monroe. Jamais transcendante, jamais glamour, la réalisation de Simon Curtis convient semble-t-il davantage à celle d'un téléfilm léché que d'un long-métrage pour les salles. Un constat général s'imposant de lui-même au regard de l'histoire et du scénario, communs et relativement peu magiques. Finalement, on a le sentiment d'être passé tout près d'un très bon film, il aurait juste fallu prendre une autre période de l'histoire de Marilyn car celle-ci n'était vraiment pas la plus intéressante à transposer à l'écran. Un vrai biopic semble maintenant nécessaire !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 174 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Mathieu CRUCQ Ma semaine avec Marilyn