Le meilleur et le pire de Xavier Dolan

Avis sur Ma vie avec John F. Donovan

Avatar TheInfamousVAS
Critique publiée par le

Je préfère commencer par dire que Xavier Dolan et moi, même si on ne connaît pas, on a visiblement des choses qu'on aime en commun au cinéma. On aime tous les deux l'utilisation de musiques, notamment des musiques un peu cheesy des années 1990-2000, les plans colorés et stylisés, quitte à parfois privilégier la forme au fond et faire "étudiant en cinéma" (expression que Dolan utilisait lui-même pour expliquer une certaine prise de recul sur son propre cinéma au moment de l'excellent Mommy en 2014), les scènes avec des jeunes gens qui dansent... Bref, celles et ceux qui ont vu ce film diront qu'après tout j'ai été servi, et c'est le cas.

Ma vie avec John F. Donovan est un film de Xavier Dolan, le metteur en scène et le scénariste. C'est un film d'auteur et personne ne pourra lui retirer cela. Il est profondément personnel, et il suffit de ne connaître que très peu le travail et la vie de Dolan (en tout cas la partie qu'il raconte en interview) pour le voir.

Mais alors, pourquoi cette note ? Parce que ce film souffre d'un défaut dont souffrent les autres films de Dolan que je n'aime pas, comme Nos amours imaginaires ou Tom à la ferme : ses personnages. A quelques exceptions près, à savoir les personnages interprétés par Thandie Newton et Kathy Bates, tous les personnages de ce film sont antipathiques, à des degrés divers. A commencer par les deux personnages principaux, John F. Donovan et Rupert Turner (tant enfant qu'adulte). Dans la première partie du film, on se pose la question de savoir si c'est volontaire. Après tout, un autre auteur (d'un autre registre, Michael Bay, est connu pour filmer des personnages qu'il déteste visiblement (voir Pain & Gain par exemple). Dès le départ, Rupert Turner adulte apparaît comme insupportable et agace le personnage de Thandie Newton, auquel on s'identifie très vite puisque c'est la seule personne qui apporte du recul à son récit. Sauf que ce recul, ce dialogue très intéressant disparaît très vite... Le tout pour devenir un monologue !

Pire encore, ce dialogue revient avec LA scène qui constitue pour moi le tournant du film, celui qui m'a fait passer de la bienveillance critique à la colère. Cette scène où la journaliste, Thandie Newton, arrête le récit pour expliquer que ce qu'elle couvre habituellement dans le cadre de son travail est bien plus grave que ce récit, celui de la relation entre un enfant et son idole, et que cela lui paraît bien dérisoire. Mais que nous dit cette scène ? Est-ce un moyen pour Dolan de nous dire qu'il a conscience de l'aspect dérisoire de son sujet ? Mais dans ce cas, pourquoi le traiter ? D'autant qu'après cette scène, le récit s'accélère... Ou alors, et c'est plus probable, cette scène expose l'ego de ce personnage, avec lequel on peut faire un parallèle avec l'ego de Xavier Dolan. Et ça me gêne profondément.

Ce film est en fait d'autant plus énervant quand on connaît un peu la vie de Dolan. Le point de départ s'inspire visiblement de la lettre qu'il a envoyé, jeune, à DiCaprio. Ces deux héros, à bien des égards, font également penser à Dolan, avec des thématiques récurrentes de son cinéma (faisant écho à sa propre vie) : l'homosexualité, une relation dysfonctionnelle avec leur mère et un père absent, mais aussi et surtout l'image de petits génies surdoués à l'ego gros comme une pastèque.

Jusque-là, quoi que j'ai pu penser de ces films, Dolan traitait généralement un seul de ces aspects. Ainsi, son meilleur film, le plus beau et maîtrisé, Mommy, se contente de traiter la relation familiale dysfonctionnelle. Dans ce film, qui se limite à trois personnages (essentiellement), on développe de l'empathie tant pour le fils que la mère, car on adopte le point de vue de la voisine (seule personnage à avoir une vraie rédemption). Ici, les deux personnages de mères, celle de John et celle de Rupert (brillamment interprétées par Susan Sarandon et Natalie Portman) sont présentées tout le film comme étant profondément détestables, comme ne comprenant pas leurs fils... Et leur "rédemption" n'est que bien faible comparée à ce que le film leur fait vivre...

Le problème c'est que connaître Xavier Dolan, c'est SAVOIR que John F. Donovan et, surtout, Rupert Turner SONT Xavier Dolan. Et le problème c'est qu'on ne peut que les détester, ce qui nous fait donc détester Xavier Dolan, qui voudrait visiblement qu'on se prenne de pitié pour son ego, qu'on lui reconnaisse son génie, sa particularité, lui qui est si différent que le reste de l'humanité... On retrouve la même victimisation que dans Tom à la ferme, ou pire encore, dans Nos amours imaginaires.

Le pire, sans doute, c'est la scène finale. Celle dans laquelle la journaliste, premier personnage auquel on s'identifie et qui disparaît une grande partie du film, finit par AIMER Rupert Turner, qu'elle détestait au début. Comme si le spectateur DEVAIT finir par aimer ce personnage horrible. Alors que RIEN dans le récit, à part un peu de pitié, ne devrait pousser le personnage de Thandie Newton à apprécier ce type...

Bref, un film qui se perd en voulant traiter trop de thématiques, et qui perd ses spectateurs en voulant leur faire apprécier des personnages antipathiques en les entourant de personnages encore plus antipathiques. On pensait que Dolan avait, depuis le temps, réglé ses problèmes avec sa mère. Il n'en ait rien, et ça devient fatiguant. Loin d'être aussi maîtrisé et touchant que Mommy, Ma vie avec John F. Donovan finit par agacer, au point que la musique cheesy et les plans stylisés ne suffisent plus.

Ma relation hate-love avec le travail de Dolan va donc continuer. Et j'irai voir son premier film, toujours en espérant l'aimer, parce que je veux aimer le travail de Dolan, parce que je respecte les auteurs de cinéma, celles et ceux qui amènent une vision personnelle et sincère. Mais j'espère aussi qu'à l'avenir Dolan saura prendre du recul sur lui-même et sur son travail...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 164 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

TheInfamousVAS a ajouté ce film à 2 listes Ma vie avec John F. Donovan

  • Films
    Affiche Bad Boys

    2019 : Films

    Avec : Bad Boys, Rock, Armageddon, A.I. Intelligence Artificielle,

  • Films
    Affiche '71

    Cinéma

    Avec : '71, 007 Spectre, À bout de souffle, Adieu au langage,

Autres actions de TheInfamousVAS Ma vie avec John F. Donovan