👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)

Un titre qui nous fonce droit sur la gueule. Un Nightrider allumé de la caboche faisant hurler l'asphalte. Des flics impuissants transformant leurs caisses en gruyère. Un homme en cuir qui règle tout ça dans une explosion de tôle froissée. Un héroïsme en état de mort cérébrale qui ne demande qu'à renaître. Une horde sauvage qui sème la mort et le chaos sur son passage. La douleur d'un homme qui a tout perdu dans un crissement de pneu. Un fantôme devenu encore plus dingue que les enflures qu'il poursuit. Une conclusion sèche et fracassante. La route qui défile sous nos yeux pour l'éternité.

Découvrir "Mad Max" à onze ans c'est prendre en pleine poire le pare-choc d'un Interceptor lancé à toute berzingue. C'est se rendre compte que le cowboy de notre petite enfance n'est pas mort et qu'il ne mourra jamais. Il a simplement évolué. Le sable et la poussière ont laissé leur place au bitume et au goudron. Les chevaux sont devenus des êtres de métal et d'essence. Gary Cooper s'est muté en être mystérieux et furieusement sexuel, tout de cuir vêtu et affrontant la mort comme s'il n'y avait aucun lendemain, incarné par un jeune Gibson foutrement bandant même pour un hétéro comme moi.

Le premier "Mad Max" est un missile qui emporte tout sur son passage et qui ne laisse derrière lui que la basket d'un nourrisson. C'est un futur proche effrayant car si proche de notre monde. La campagne australienne maculée de sang pourrait être celle de n'importe qu'elle autre nation. Tout est foutu dans "Mad Max", excepté l'infime espoir que les héros vivent encore. Qu'un franc-tireur venu de l'enfer viendra nous en donner de l'héroïsme.

Aucune analyse au monde ne pourra décrire convenablement un film comme "Mad Max". Ce qu'il faut à l'homme en cuir, c'est une éloge, un putain de poème épique. Vous et moi allons lui en donner de l'épique !
Gand-Alf
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Repliques cultes., Gand-Alf and Emma Peel's Excellent Bluraythèque., Les quatre saisons: l'été., Coup d'essai, coup de maître. et Un film, une scène.

il y a 8 ans

67 j'aime

5 commentaires

Mad Max
Sergent_Pepper
6
Mad Max

Diesel & Dust

Mad Max, c’est un genre qui s’assume totalement, se déploie et explose dans une longue et puissante décharge. Sur un scénario qui ne s’embarrasse pas d’originalité, Miller propose un western punk...

Lire la critique

il y a 8 ans

88 j'aime

6

Mad Max
SanFelice
7
Mad Max

Maximum Overdrive

[SanFelice révise ses classiques, volume 9 : http://www.senscritique.com/liste/San_Felice_revise_ses_classiques/504379 ] Du premier épisode de la trilogie Mad Max, je ne gardais strictement aucun...

Lire la critique

il y a 8 ans

84 j'aime

4

Mad Max
Docteur_Jivago
8
Mad Max

Anarchie Road

La séquence d'ouverture donne déjà le ton, Mad Max sera furieux et fou, à l'image de l'homme traquée dans cette scène, et fera naître une légende, que George Miller iconise dès cette première...

Lire la critique

il y a 8 ans

73 j'aime

5

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25