Une nouvelle injustice à régler pour notre justicier Australien !

Avis sur Mad Max : Fury Road

Avatar LeTigre
Critique publiée par le

Un quatrième opus de la saga Mad Max ? Après trente d’absence sur le grand écran ? Personne n'aurait cru ça et pourtant, Cette information a bien été confirmée par de nombreux sites sur Internet. C’était une surprise totale pour un large public cinématographique. Le réalisateur George Miller avait toujours eu l’ambition de poursuivre les aventuriers du fameux policier guerrier vêtu de cuir malgré les problèmes rencontrés pendant sa carrière, suite à la réalisation de certaines de ses productions qui n’ont pas forcément connu le même succès que celui des Mad Max. Trente ans ! Ce n’est pas rien comme durée ! Il était évidemment qu’on ne pouvait pas créer un film qui va reprendre directement la suite du troisième opus, que les moyens technologiques employés soient les mêmes que celles utilisées auparavant et que l’effet du spectacle doit être beaucoup plus intensité que celui des autres films.

Pour le metteur en scène et les studios Warner Bros, il fallait reprendre beaucoup de choses à zéro. Il fallait partir sur d’autres bases, changer la vision des choses, trouver un autre contexte adéquat, tout en gardant la base de la franchise, à savoir le manque de respect, un environnement désertique et sableux, de la violence extrême, de la sauvagerie incessante et des bagnoles qui roulent à fond la caisse. En ce qui me concerne, je n’avais aucun doute sur l’investissement financier, technique et humain qui allait être employé pour atteindre les buts demandés par le public. Les artistes touchent un univers qui a toujours fonctionné au cinéma, un ratage de leur part ne serait pas acceptable, d’autant que George Miller garde toujours les commandes de sa franchise. C’était sans inquiétude que je me suis précipité dans une salle de cinéma, juste pour découvrir l'effet de vivre des courses-poursuites carabinées et meurtrières sur un grand écran.

J’étais excité comme une puce, j’étais quasiment sûr que j’allais passer un excellent moment, que ce Mad Max était sûrement un des plus grands films à voir en 2015 dans une salle de cinéma. Dès le début du film, j’ai tout de suite retrouvé l’essence de la franchise, la production commence merveilleusement par un magnifique plan de Max au sommet d’une dune ou d'un rocher, avec son inséparable bolide et une voix off débitant une discours faisant référence au désespoir de l’humanité. Et juste après, c’est une course-poursuite féroce qui s’enchaîne et qui se termine rapidement par une série de tonneaux très réaliste. À ce moment précis, j’ai ressenti une vive émotion, une sensation piquante, que je n’ai jamais ressentie devant un film d’action ou aventure tourné majoritairement sur un fond vert.

Si la production marque à tout jamais les cinéphiles, ce n’est pas seulement le fait qu’on est juste devant un des plus étonnants univers apocalyptiques qu’on n'ait jamais vus dans le cinéma, c’est juste que la production a été réalisée avec le moins d'effets spéciaux inclus dans le film. Presque tout le long-métrage a été monté dans le désert Namibie. Tout est réel, que ce soit les bagnoles, les cascades et les décors. Quand on est habitué à visionner des films bourrés d’effets spéciaux, c’est sûr qu’on est bien plus que surpris. On est complètement ébahi par le spectacle routier qui se défile délectablement sous nos yeux. D’habitude, les producteurs se permettent de faire réaliser des cascades en vrai pour certaines scènes d’action dans un film. Pour le quatrième opus de la série Max Max, c’est la majorité des scènes qui est tournée ainsi. Tout le film n’est qu'une longue et effrénée course-poursuite effarante et explosive, truffée de manœuvres routiers visuellement spectaculaires à visionner.

Je n’ose pas imaginer comment les techniciens, les cascadeurs et les conducteurs ont dû galérer pour réaliser, dans les meilleures conditions possibles, des actions périlleuses comment on peut voir pendant le visionnage, on se prend plein la gueule. D’habitude, quand je suis devant une production comme celle-ci, j’oublie un peu tout ce qui est du scénario, des acteurs et de tout ce qui est de la mise en scène quand c’est bien fait. Cependant ! Je nie par le fait que le féminisme est un peu trop poussé à mon goût. Quand je constate que tout le scénario se base sur la fuite d’un groupe de femmes combatives et refusant d’être au service de malotrus malintentionnés, ça fait trop genre que la femme doit être respectée et ne doit pas se laisser marcher sur la tête.

Ça peut paraître incongru et stupide comme sujet dans un contexte apocalyptique mais peut-être pas finalement. Quand on réfléchit bien, on sait que les hommes perdent la tête quand ils sont en manque de quelque chose d'essentiel dans leur vie. Ils doivent passer leurs nerfs sur une femme sans défense pour retrouver la joie et le plaisir de vivre, ils se doivent de jouer les machos et se permettent de jouer les durs, c’est dans la nature de l’homme, pour la plupart d'entre-eux. Heureusement, le réalisateur a tout même eu l’intelligence d’impliquer deux hommes dans la fuite des femmes, ça prouve au moins que même dans un monde dépourvu de bons sens et de logique, certains hommes seraient prêts à se sacrifier pour venir en aide ces dernières abusées, tout en les respectant.

Tom Hardy, supplantant Mel Gibson dans la peau de Max, met bien en évidence cette volonté de les protéger, même s’il en avait rien à foutre du sort de ces pauvres demoiselles. Sans surpasser le précédent interprète, Tom Hardy a une bonne présence physique sur l’écran, il a quelque chose d'incompréhensif en lui, quelque chose qui dégage beaucoup de mystère et qui nous rend assez curieux de son personnage. Et surtout, il a vraiment une belle gueule pour interpréter un guerrier soif de justice. Le problème, c’est ce que ce dernier se fait carrément voler la vedette par la belle actrice Charlize Theron qui est tout à fait surprenant à voir, visuellement et physiquement. Même chauve, cette actrice trouve toujours le moyen d’être sexy et en tant que badass girl dans le rôle suprême d'Imperator Furiosa, elle est extraordinaire, elle dégage une allure de guerrière absolument épatante.

Le reste du casting est très bon avec un Nicholas Hoult maladroit mais amusant et également avec un Hugh Keays-Byrne dans le rôle du terrifiant d’Immortan Joe, acteur qui avait déjà prouvé qu’il était capable d’incarner avec brio un rôle d’antagoniste avec beaucoup de folie meurtrière dans le rôle du méchant du premier Mad Max. Et concernant les scènes d’action, les équipes techniques se sont bien éclatées apparemment. Elles sont à couper le souffle. On admire une bonne flopée de manœuvres routiers ou de gestes improbables de toutes sortes, c’est à en devenir dingue tellement qu’on ne peut pas imaginer comment les cascadeurs frôlent le danger à tous les coups.

Et ce n’est pas seulement dans un désert que ça passe, la monotonie est cassée par des situations extrêmes comme la tempête de sables orageux ou le passage serré du canyon, histoire de garder toute notre attention éveillée. Et l’ambiance musicale est une vraie prouesse sonore extraordinaire, ça garde le rythme, ça crée une atmosphère très sensible, c’est comme si on était plongé direct dans un jeu vidéo constamment mouvementé. Voilà le genre de film qu’on aimerait voir plus souvent, bien que nous sommes conscients que beaucoup trop de studios n’oseraient pas produire des longs-métrages aussi terre-à-terre que ce quatrième Mad Max. 9/10

  • Des hommes ?
  • Ils ont ma confiance ! Ils nous ont aidés !
Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1011 fois
49 apprécient · 2 n'apprécient pas

LeTigre a ajouté ce film à 35 listes Mad Max : Fury Road

Autres actions de LeTigre Mad Max : Fury Road