Affiche Mademoiselle

Critiques de Mademoiselle

Film de (2016)

Sade et la Petite Servante coréenne !

Ceci n'est pas la critique d'un fan absolu du Monsieur Park Chan-wook. J'ai bien aimé Old Boy, sans être un grand admirateur, et les deux-trois autres films que j'ai vus de lui, je les ai détestés. Le peu de son cinéma que je connaisse, ce n'est pas ma tasse de thé. Et il y a Mademoiselle. Et sérieux, ça a fonctionné à mort... Lire la critique de Mademoiselle

35 6
Avatar Plume231
8
Plume231 ·

Clinquantes nuances de vrai.

S’il fallait définir l’intensité incommensurable des préliminaires et la supériorité du désir sur son contentement, Mademoiselle en serait un exemple éloquent. Explorant, comme à son habitudes, les sentiers retors de la séduction, de la manipulation et de la vengeance, Park Chan-Wook fait à la fois montre d’une ambition nouvelle et d’un certain... Lire l'avis à propos de Mademoiselle

257 33
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Lecture sadienne et boules de geisha

Sous couvert d’un jeu de duperie où l’arnaque change constamment de propriétaire (la servante, l’héritière, le prétendant), la nouvelle œuvre de Park Chan Wook se mue en un objet filmique difficile à déchiffrer. Difficile non pas dans son intrigue, qui malgré ses nombreux retournements de situations s’avère assez ludique dans son orchestration qui arpente le genre du thriller et parfois même... Lire l'avis à propos de Mademoiselle

100 9
Avatar Velvetman
7
Velvetman ·

Je t'aime, moi non plus

Certaines intrigues sont construites sur des duperies scénaristiques, de brusques volte-face qui éclairent le récit sous un jour nouveau, cherchant à prendre à contre-pied la pensée du spectateur. Quelques réalisateurs en ont fait une marque de fabrique, tel que M. Night Shyamalan, au point de lasser nombre de cinéphiles en donnant l'impression de tirer toujours les mêmes... Lire l'avis à propos de Mademoiselle

46 2
Avatar Vincent_Ruozzi
8
Vincent_Ruozzi ·

La douleur est une parure

La morsure froide de la salamandre laisse une cicatrice indélébile, et son feu est séducteur. La vérité est masquée, elle se cache sous le fard, recluse derrière les paravents. Il suffit d’une faille, un interstice pour que sitôt elle s’échappe en volutes qui s’entortillent pour piquer l’âme des dupes. Tout est simulacre, d’un palais où se mêlent l’Asie et l’Occident à cette... Lire la critique de Mademoiselle

88 19
Avatar DjeeVanCleef
10
DjeeVanCleef ·

Dialectique de la maîtresse et de l'esclave

La plus belle scène, dans un film constamment placé sous le signe de la recherche esthétique et de la beauté, est peut-être celle de la fuite des deux jeunes femmes, le moment où elles parviennent à s’échapper de leur palais-prison – et dans cette séquence ouverte sur un extérieur sans limites, ce ne sont pas forcément les images de la fuite, dans la barque sur l’eau baignée de vapeurs... Lire la critique de Mademoiselle

49 14
Avatar pphf
8
pphf ·

Édulcorée(s).

Déjà reconnu pour ses incursions dans le domaine du thriller machiavélique diaboliquement érotique, Park Chan-Wook s'aventure avec « Mademoiselle » dans un film de manipulation opulent se déroulant dans la Corée des années 1930, démontrant une fois de plus l'étrange fascination qu'exercent le torture porn et le raffinement dans le cinéma sud-coréen. Aussi cruel que magnifique, «... Lire la critique de Mademoiselle

101 8
Avatar Kiwiwayne Kiwinson
9
Kiwiwayne Kiwinson ·

Thriller érotique formaliste

Film sur des escrocs réalisé par un maître en faux-semblants, Ah-ga-ssi littéralement « mademoiselle » témoigne d’un brio exceptionnel que l’on peut vérifier à ce critère : le film est beaucoup plus facile à apprécier qu'à raconter. En maître esthète de l’illusion Park Chan-wook nous amène dans une stupéfiante partie de poker menteur dont les règles seraient écrites par des femmes. Sa... Lire l'avis à propos de Mademoiselle

13 11
Avatar Zolotoï
8
Zolotoï ·

Young Girl(s)

Park Chan-Wook est un réalisateur aussi adulé par beaucoup que méprisé par d'autres, presque aussi nombreux, et ce pour - peu ou prou - les mêmes raisons : sa virtuosité technique incomparable, son goût pour la perversité et la provocation potache. Avec "Mademoiselle", Park donne l'impression qu'il a voulu (ou du moins a réussi à) synthétiser... Lire l'avis à propos de Mademoiselle

28 2
Avatar Eric Pokespagne
9
Eric Pokespagne ·

The Taste of Money

On avait laissé Park Chan-wook pour la dernière fois de l’autre côté du Pacifique, pour son premier film américain, le torturé Stoker, qui semble finalement avoir été une idylle passagère puisque le plus subversif des cinéastes coréens est de retour dans ses terres natales avec Mademoiselle, adaptation du roman Fingersmith de Sarah Waters qu’il a décidé de... Lire l'avis à propos de Mademoiselle

35 1
Avatar Vivienn
8
Vivienn ·