Affiche Magnolia

Critiques de Magnolia

Film de (1999)

Short Cuts

Bon, il y a peu, je me suis dit que ce serait bien que j'arrête de regarder des films de merde sur D17 pour me mettre à de vrais bons films et découvrir de nouveaux réalisateurs. Et mon choix s'est porté sur Paul Thomas Anderson, que je connaissais simplement de nom. Trois films plus tard, je le considère comme un des meilleurs cinéastes récents, qui a su accoucher d'un très beau drame... Lire l'avis à propos de Magnolia

80 7
Avatar PFloyd
9
PFloyd ·

Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille.

C'est au cours de trois heures de film qu'Anderson nous fait suivre la journée de neufs personnages qui n'ont, à première vu, aucun lien les uns avec les autres. On se laisse emporter par leurs histoires, un peu impatient, un peu intrigué. On se demande où ce cher Anderson veut nous enmener. Puis on commence à voir le lien entre chacun d'eux, leurs chemins étant liés, à l'instar des neufs... Lire la critique de Magnolia

36 1
Avatar Amethyste
7
Amethyste ·

Magnolia Faux Rêveur

Magnolia te prend et t'emmène. C'est un fait. Si tu restes à quai, c'est que tu n'as pas de cœur. Et puis c'est tout. C'est comme une farandole mais avec des gens, un manège qui te fait croire qu'on va parler coïncidences alors que Paul Thomas Anderson t'emmène sur le chemin du paradoxe : la solitude sous toutes ses formes dans une mégapole. Bon il tourne ça au mélo, mais même si c'est un peu... Lire l'avis à propos de Magnolia

102 10
Avatar DjeeVanCleef
9
DjeeVanCleef ·

Glitter defeat symphony

Pas cette fois. Que tu te sois laissé prendre il y a 17 ans, passe encore. Et deux ou trois fois depuis, peut-être, mais c’était avant. Avant la patine de l’expérience, le vernis de la culture qui, quoi qu’on fasse, épaissit la carapace. Avant la cinéphilie qui révèle d’autres voies, moins ostentatoires, d’autres œuvres, plus matures, d’autres chants, moins lyriques et d’autres... Lire la critique de Magnolia

69 11
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

Choral en cancer et fleurs du mâle

One Magnolia, film calme dans le fond, nerveux dans la forme. Travelling, zoom, musique incessante, actrices et acteurs qui ne tiennent pas en place, autant de personnages qu'on ne veut ni aimer ni détester, car ils sont humains comme nous, et donc aussi déroutés que déroutants. Magnolia, fleur éclose qui ne laisse pas... Lire la critique de Magnolia

39 14
Avatar Veather
8
Veather ·

Ce sont des choses qui arrivent

Le hasard, l'absurde, le destin, les coïncidences, tellement d'éléments sur lesquels l'homme n'a aucune emprise et qui façonnent sa vie. Magnolia est un film choral dépeignant des personnages torturés, des personnages bons, des personnages vils, des personnages déphasés. Earl Partridge est sur son lit de mort et il ne désire qu'une chose: revoir son fils qui l'a renié. Son aide-soignant va l'y... Lire la critique de Magnolia

53 3
Avatar kwyxz
10
kwyxz ·

"Même si nous en avons fini avec le passé, le passé lui, n'en a pas fini avec nous"

Magnolia est un film que j'ai découvert un peu par hasard, lorsqu'il fut diffusé sur Canal+, le concept et le scénario de ce film choral m'intriguaient: neuf personnages principaux qui vont se croiser, s'aider, se pardonner, s'aimer, et le tout en une seule journée. Dès le premier visionnage, j'avais vraiment adoré, je trouvais l'image très belle, les acteurs bons, et les chansons d'Aimee Mann... Lire l'avis à propos de Magnolia

23 4
Avatar Pétoin
10
Pétoin ·

PTA'l

Mais ou sommes nous ? Ce sentiment étrange de ne pas connaitre ce monde qui nous entoure, cette folie, ces coïncidences qui mènent à l'interrogation, ce plongeur qui vole dans le ciel. Pour son troisième long métrage et auréolé du succès de "Boogie Night" Paul Thomas Anderson réussi donc cet exploit qu'est "Magnolia", un film compliqué à produire qui fera un flop en salle, un Tom... Lire l'avis à propos de Magnolia

46 6
Avatar Kiwi-
8
Kiwi- ·

"How to turn a woman friend into a sperm receptacle"

Magnolia est le troisième film de Paul Thomas Anderson, il succède au très remarqué et excellent Boogie Nights, qui nous plongeait dans le monde du porno des années 70-80 et que je recommande chaudement (porno, chaudement, vous l'avez ? :P). Magnolia fait partie de ces films qu'il faut visionner plusieurs fois pour en saisir tous les enjeux, toute leur portée.... Lire la critique de Magnolia

7 2
Avatar Albiche
10
Albiche ·

Paul Thomas Anderson, ouvrier carreleur confirmé

Mettre en scène 9 protagonistes, avec leurs liens, leur histoire, créer cette mosaïque en bribes de vie, cet amoncellement d'existences, c'est presque s'assurer de perdre son public. Tentez par exemple de fixer une unique dalle d'un carrelage uniforme, aussi grande que puisse être votre concentration, un moment d'évasion et vous l'aurez perdue. Mais chez Paul Thomas Anderson, vous n'évoluez pas... Lire la critique de Magnolia

39 4
Avatar Deleuze
9
Deleuze ·