Le premier film de Van Sant

Avis sur Mala Noche

Avatar Fritz Langueur
Critique publiée par le

La France découvre enfin en 2006 la première œuvre d’un réalisateur hors du commun qui revendique depuis toujours « son attirance pour les gens sauvages ». Il est tourné en 16 mm, images de noir et de blanc dont la grain parfois à la limite de la saturation trahit tant la fulgurance poétique de l’univers marginal que l’épure de personnages ô combien fragiles et radieux.

Il est difficile toutefois de ne pas établir un parallèle avec « My own private Idaho », plus lyrique, plus construit, jusqu’à la troublante ressemblance de Tim Streeter avec River Phoenix. Et c’est normal, puisque à l’époque les deux scénarios étaient écrits, mais Mala Noche coûtait moins cher à mettre en œuvre. Mieux vaut appréhender les deux œuvres séparément.

Car ici, si l’homosexualité et la marginalité sont aussi le moteur du film, le traitement en est différent. Il s’y dégage une sensation extraordinaire de liberté, une désinvolture effrénée qui vient plomber la noire fatalité de leurs existences respectives.

Le récit autobiographique de Walt Curtis est posé comme une évidence, sous la forme d’un docu fiction profond, cru mais tellement pudique. Gus Van Sant filme ici l’Amériques des battus, de ceux qui hantent les petites villes dans l’anonymat (émigrés, drogués, homos…), mais qui savent nous révéler les vraies valeurs humaines, empreintes de passion, de solidarité, d’innocence et de légèreté malgré la désespérance.

Mala noche se pose également comme une ouverture à l’Opéra de Quat’sous que Van Sant ne cesse d’approfondir à travers son œuvre. Il contient un peu de la fulgurance d’Elephant, de l’introversion de Gerry, de la tendresse de My own private Idaho et de la noirceur de Drugstore cowboy. Un premier film certes, mais tellement révélateur du grand cinéaste que l’on connaît aujourd’hui.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 356 fois
4 apprécient

Fritz Langueur a ajouté ce film à 1 liste Mala Noche

Autres actions de Fritz Langueur Mala Noche