👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Qu'on se le dise, il y a l'avant et l'après Luc Besson. L'avant se situe dans les années 80 et 90 avec des films poignants, mémorables, soignés, quasi-intemporels. L'après a démarré la décennie lorsqu'il a commencé à écrire et produire des nanars par bouquets sans vraiment se soucier d'une quelconque qualité. Cette attitude a dépeint sur ses autres films, des longs-métrages mineurs qui, malgré le plutôt engagé The Lady, n'ont jamais fait l'effet d'une bombe comme autrefois et, pire encore, sont des produits d'ores et déjà oubliés. Malavita aurait pu changer légèrement la donne mais les habitudes ont la vie dure...

Quand un réalisateur comme Luc Besson réalise une comédie sur des gangsters censément repentis qui n'arrivent pas à échapper à leur passé, c'est intéressant bien que peu ambitieux. En plus, il choisit Robert De Niro pour incarner le père de cette famille mafieuse mise en sous la protection des témoins. L'hommage est indéniable, d'autant plus renforcé par des passages explicites sur Les Affranchis (rappelons que Scorsese est ici producteur exécutif). Mais quand il mélange le tout avec une socialisation ratée franco-américaine, Besson se prend les pieds dans le plat et nous livre son plus mauvais film.

Aucun style, aucun dialogue mémorable, aucune séquence mémorable, des extraits de Gorillaz en guise de B.O. et une mise en scène incroyablement ringarde : Malavita lorgne vers plus vers le supplice que vers le tour de force. Placer le film dans les années 90 est une bonne idée. À condition de ne pas faire demander aux enfants du film des portables. Confronter une famille américaine à la simplicité de la Normandie est rigolo. Faire du petit village un endroit bilingue l'est nettement moins (c'est aux seconds rôles de faire l'effort de parler en anglais, quelle blague).

Pour le reste, c'est de la mauvaise parodie façon Besson : les Français sont hautains, sûrs d'eux et un peu cons, les Américains aiment la malbouffe mais sont toujours au top. On subit donc un choc des cultures niais et facile pendant la première heure et on écarquille un peu plus les mirettes durant la dernière demie-heure pour un affrontement final plus dynamique mais dans l'ensemble, Malavita est un produit américain bâclé et sans saveur, porteur d'un message douteux qui n'arrive tout simplement pas à exister.

MalevolentReviews
3

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de Luc Besson et Les meilleurs films avec Tommy Lee Jones

il y a 3 ans

Malavita
Al_
3
Malavita

Badfellas

Ce film est un véritable tour de force : avoir un casting composé de Robert de Niro, Michelle Pfeiffer et Tommy Lee Jones et réussir à nous donner l’impression qu’on regarde un téléfilm de France 3...

Lire la critique

il y a 8 ans

43 j'aime

5

Malavita
Gand-Alf
3
Malavita

Le débarquement.

Sans détester son cinéma pour autant, je n'attend, comme c'est le cas pour beaucoup de monde, absolument rien du cinéma de Luc Besson depuis au moins "Le cinquième élément". Au point que "Malavita",...

Lire la critique

il y a 7 ans

30 j'aime

6

Malavita
Truman-
4
Malavita

La légende veut que Luc Besson écrive ses scénarios les yeux bandés

Quand Luc Besson ne produit pas des films a fric ou qu'il ne met pas en place un cinéma VIP il se met a son ancienne activité, réaliser lui même des films a fric . Malavita c'est le symbole même du...

Lire la critique

il y a 8 ans

24 j'aime

9

Wonder Woman 1984
MalevolentReviews
3

Tant qu'il y aura des hommes

Toujours perdu dans une tourmente de décisions visuelles et scénaristiques, de décalages et de tonalités adéquates, DC Comics se fourvoie une nouvelle fois dans un total manque de cohésion et par...

Lire la critique

il y a plus d’un an

62 j'aime

5

Kaamelott - Premier Volet
MalevolentReviews
5

Les prolongations

Il l'a dit, il l'a fait. Plus de dix ans d'absence, dix ans d'attente, dix ans de doute, une année de retard à cause de la pandémie. Kaamelott a marqué la télévision, de par son ampleur, son aura...

Lire la critique

il y a 10 mois

39 j'aime

10

Dune
MalevolentReviews
5
Dune

L'Épice aux étoiles

Attendu comme le Messie, le Dune nouveau aura été languissant avec son public. Les détracteurs de Denis Villeneuve s'en donne à cœur joie pour défoncer le produit à la seule vue de sa bande-annonce,...

Lire la critique

il y a 8 mois

38 j'aime

5