Bienvenue chez Besson

Avis sur Malavita

Avatar RédacJack
Critique publiée par le

Ce qu'il y a de rassurant avec Luc Besson, c'est qu'il est constant dans la médiocrité et qu'il tend parfois à la nullité sublime (voir l'abominable Jeanne d'Arc).

Cette fois l'ami Luc (peut-être bien le fils caché du papa de Dark Vador tant son ambition de faire du fric est palpable dans tous ses métrages) prend une famille de gangsters protégée par un marshall (Tommy Lee Jones visiblement fatigué et s'ennuyant ferme) et deux gardes du corps et les place en Normandie profonde.
La suite aligne des clichés pas drôles et suit une pseudo intrigue minable par membres de la famille. En gros 4 sous histoires clichées et bateau dont la plus belle voit De Niro à la recherche des responsables de son eau marron. Non vous ne rêvez pas amis Sens-criticophiles, Besson nous fait bien une énorme partie du métrage là-dessus ! La môme de De Niro (qui rattrape un peu son jeu plat par un jolie minois) a droit à une amourette affligeante de nullité ; le fils est bien sûr un sur-doué capable de tout et surtout de nous donner constamment envie de lui tordre le coup et la femme est en quête de pseudo rédemption auprès du curé du village alors qu'elle est au moins aussi violente et barrée que son mafieux de mari.

Besson n'ayant aucune once de personnalité ou d'originalité dans sa mise en scène ni aucun talent d'auteur pompe allègrement tout sur des films récents passant du Kick ass de Vaughn à la mise en scène de Guy Ritchie au films de gangsters à la Scorsese. Le problème, c'est que même cette bouillie d'influences n'est pas bien digérée ! Indigeste.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1283 fois
12 apprécient · 3 n'apprécient pas

RédacJack a ajouté ce film à 1 liste Malavita

  • Films
    Illustration Top flop 2013

    Top flop 2013

    Vu le nombre de daubes pondues par Hollywood cette année, un p'tit top s'impose ! L'année étant encore propice au pire, la liste...

Autres actions de RédacJack Malavita