👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Sans détester son cinéma pour autant, je n'attend, comme c'est le cas pour beaucoup de monde, absolument rien du cinéma de Luc Besson depuis au moins "Le cinquième élément". Au point que "Malavita", malgré son casting sympathique (Robert DeNiro, Tommy Lee Jones et Michelle Pfeiffer dans le même film, quand même !), ne me faisait pas franchement envie, d'autant que le roman initial de Tonino Benacquista ne m'avais pas marqué plus que ça.

Co-production entre la France et les USA, "Malavita" a dans un premier temps le mérite d'être fidèle au roman, du moins dans son déroulement, sa construction variant sensiblement car très littéraire à la base. Le problème, c'est que le scénario de Luc Besson et Michael Caleo ne corrige pas les défauts de l'oeuvre de Benacquista, et aurait tendance au contraire à les accentuer.

Le traitement inégal des personnages déjà perceptible dans le roman est ici flagrant (Michelle Pfeiffer n'a pas grand chose à faire) et les incohérences passent encore plus mal à l'écran, en premier lieu le coup de la Gazette, déjà embarrassant dans le bouquin et ici énooooormissime. A cela s'ajoute une écriture bien moins percutante, les protagonistes, attachants à l'origine, devenant sous la caméra de Besson de simples pantins dont on se contrefout du début à la fin.

Plus américain que les américains eux-mêmes, Luc Besson passe totalement à côté de l'amusant décalage de sa situation de départ, multiplie les clichés grossiers sur la France et, histoire d'éviter trop de sous-titres outre-Atlantique, tourne quasiment intégralement son film en anglais, seules quelques phrases anodines étant débitées dans la langue de Molière par des français parlant étrangement bien l'anglais, surtout pour un village de Normandie en 1996.

Sans trop se fouler, le cinéaste accouche d'un film mou, peu palpitant, rarement drôle, tentant maladroitement de réveiller son audience dans une dernière bobine censée être spectaculaire et décalée mais s'avérant finalement plus con et raplapla que jubilatoire.
Gand-Alf
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 365 days of magic... or not., EuropaCorp., Les meilleurs films de Luc Besson et 2013.

il y a 7 ans

30 j'aime

6 commentaires

Malavita
Al_
3
Malavita

Badfellas

Ce film est un véritable tour de force : avoir un casting composé de Robert de Niro, Michelle Pfeiffer et Tommy Lee Jones et réussir à nous donner l’impression qu’on regarde un téléfilm de France 3...

Lire la critique

il y a 8 ans

43 j'aime

5

Malavita
Gand-Alf
3
Malavita

Le débarquement.

Sans détester son cinéma pour autant, je n'attend, comme c'est le cas pour beaucoup de monde, absolument rien du cinéma de Luc Besson depuis au moins "Le cinquième élément". Au point que "Malavita",...

Lire la critique

il y a 7 ans

30 j'aime

6

Malavita
Truman-
4
Malavita

La légende veut que Luc Besson écrive ses scénarios les yeux bandés

Quand Luc Besson ne produit pas des films a fric ou qu'il ne met pas en place un cinéma VIP il se met a son ancienne activité, réaliser lui même des films a fric . Malavita c'est le symbole même du...

Lire la critique

il y a 8 ans

24 j'aime

9

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25