Avis sur

Maléfique par Hugo Harnois

Avatar Hugo Harnois
Critique publiée par le

On ne naît pas mauvais, on le devient. Cinquante-cinq ans après La Belle au bois dormant, les studios nous proposent une relecture du conte de Charles Perrault en s'intéressant à l'une des plus grandes figures de Disney, Maléfique. Et si la méchante sorcière n'était qu'à la base une belle et jolie fée à l'âme pure et à l'innocence assurée, et que les hommes étaient responsables de son horrible transformation ?

La métamorphose est parfaite, Angelina Jolie est criante de vérité en incarnant cette femme torturée. Le regard perçant, la démarche infaillible, une prestance onirique, le charisme de l'américaine se voit dès la première seconde à l'image. Avec cette solide interprétation, on regretterait presque ses quatre ans d'absence sur les écrans, et sa faculté à imposer sa présence féminine dans un paysage hollywoodien souvent très viril.

Robert Stromberg, spécialiste des effets spéciaux pour Avatar et Alice aux pays des merveilles, réalise avec Maléfique son premier film. Faisant honneur au splendide dessin animé de 1959 avec ses traits de crayon travaillés et ses couleurs resplendissantes, cette version de 2014 réussit sa transition contemporaine avec un univers féerique généreux sans être excessif, impressionnant sans être surchargé. Ceci dit, ce n'est pas pour cela que cette production n'est pas exempte de tout reproche.

On a compris depuis bientôt cent ans quelles sont les intentions de Disney. Faire rêver les plus petits avec des morales bien-pensantes ainsi que des messages d'espoir et de tolérance. Mais pourquoi diable doit-on expliquer pour quelles raisons un méchant est malveillant. Puisqu'il ne peut pas l'être par essence, on rejette alors la faute sur des hommes avides de terres et corrompus par le pouvoir.

Soit, mais plus de nuances sur le personnage de Maléfique n'aurait pas été un mal, car passer du noir opaque au blanc immaculé n'est pas l'idée la plus subtile qui soit. Que des remords ou une quête de rédemption émanent de la fée en s'inscrivant dans ce récit, passe encore, mais lorsque l'on inverse l'essence même d'un archétype culturel, c'en est trop.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 175 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Hugo Harnois Maléfique