Voyage au cœur du deuil ( et au bord de la mer par la même occasion)

Avis sur Manchester by the Sea

Avatar Tacos
Critique publiée par le

S’il fallait résumer le film en un seule phrase on dirait : Manchester by the Sea est le reflet du deuil sans sensationnalisme.

Lee Chandler, alors qu’il habite à Boston, apprends que son frère, Joe, malade du cœur, qui vit à leur ville natale, Manchester-by-the-Sea, a subi une crise cardiaque. Lee s’empresse d’aller à Manchester, mais Joe décède avant que celui-ci n’arrive. Il se voit alors attribué alors la garde de Patrick, son neveu, et contraint de rester à Manchester contre son grès. Cependant ce retour à ses origines agit également comme un déclencheur des drames de son passé.

Au départ le synopsis du film annonce un drame assez classique. Il propose un élément déclencheur qui vient réveiller d’anciennes tragédies du passé et entamer une relation conflictuelle entre un adulte et un adolescent. Ce qui sur le fond, est vrai. Néanmoins, ce qui démarque le film de ces clichés, et qui lui donne cette sensation de réalité approfondie, est la réaction de ses personnages principaux face au décès. Lee, interprété par un Casey Affleck impressionnant, et Patrick, joué très juste par Lucas Hedge, en tant que plus proche famille de Joe sont contradictoirement les deux personnages qui semblent le moins affectés sentimentalement par la tragédie. Ils nous invitent à réfléchir sur le paradoxe entre une vie qui continue, comme si de ne rien n’était, et une vie totalement bouleversée par la disparition de Joe. Et c’est là que l’on retrouve le réalisme du deuil sans sensationnalisme. Le deuil sans pleurs et sans plaintes, mais avec la souffrance qui vient rendre le disparu encore plus présent dans la vie des proches. Dans le film Joe, qui n’est plus là, est le lien entre les deux protagonistes, se plaçant lui-même par son absence comme personnage principal. Il est difficile d’avancer ça, car le deuil est différent selon les individus, mais je parviens à identifier mon expérience personnelle du deuil d’un proche à celui de Lee et Patrick ce qui est rare quand je regarde du cinéma. Le septième art a tendance à surdoser des émotions et à les rendre, ainsi, invraisemblables. Ici, Lonergan parvient à écrire et mener le film sans ce surdosage ce qui rend le film encore plus fort.

Si on sort de l’écriture, il faut relever le grand travail sur la bande son qui met parfaitement en valeur certaines scènes du film, notamment celle où on découvre le passé de Lee, et encore une fois le jeu parfait des acteurs et surtout Casey Affleck qui mérite amplement ses récompenses. On apprécie également découvrir Manchester par ce tournage en extérieur qui contribue au réalisme des évènements.

En conclusion, j’invite le lecteur qui ne l’a pas encore découverte, à se plonger dans l’œuvre et se laisser emporter par ces deux heures de méditation quant à la mort, la vie et ce qu’on laisse à ceux qui restent derrière nous.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 47 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Tacos Manchester by the Sea