L’instantané de l’immédiat après-guerre

Avis sur Manon

Avatar In_Cine_Veritas
Critique publiée par le

Bien que lauréat du Lion d’Or remis lors de la Mostra de Venise de 1949, ce film, certes imparfait, demeure assez méconnu. Henri-Georges Clouzot y aborde l’immédiat après-guerre et notamment la violence de l’épuration engagée à l’encontre de ceux qui avaient collaboré avec l’occupant. Quelques plans furtifs marquent les esprits. À travers la jeunesse mise à l’écran, il fait peu de doute que le cinéaste a utilisé ce film pour régler quelques comptes avec l’épuration dont il fut également une des victimes d’un de point de vue professionnel.
La symbolique d’ouvrir et de clore Manon par deux scènes de fuite de Juifs vers la Palestine prend aussi tout son sens et sa puissance, notamment pour la scène finale qui emprunte au surréalisme pour frôler la nécrophilie. Comme Manon, film de transition dans la filmographie de Clouzot, cette période aura été aussi éminemment transitoire pour la population juive d’Europe.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 41 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de In_Cine_Veritas Manon