👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Qu’un cinéaste aussi misogyne et misanthrope que Clouzot transforme le roman classique de l’abbé Prévost en hymne à l’amour fou ne manque pas d’étonner. Une contradiction que l’on ressent tout au long du film où les flammes du désir et de la passion ont bien de la peine à brûler sous le regard glacial du réalisateur qui cache mal son absence d’empathie pour ses personnages derrière une mise en scène virtuose mais par trop distancée. Découverte par Clouzot, la très jeune Cécile Aubry joue la femme-enfant avec une application forcée tandis que Michel Auclair, dont les producteurs espéraient faire un nouveau Gérard Philippe, manque lui aussi singulièrement de charisme. Ce qui n’a pas empêché le critique surréaliste Ado Kyrou cité dans le Guide des films de Jean Tulard d’être conquis par le personnage de Manon: «Dans une totale ignorance du mal, dans une instinctive négation du péché, elle cherche désespérément à être une femme tout en réalisant l’amour fou avec le seul homme qu’elle aime». On peut aussi, au contraire, trouver Manon horriblement énervante et superficielle et Robert bien stupide de gâcher sa vie pour pareille pimbêche. L’interminable épilogue dans le désert palestinien, où l’on voit des réfugiés juifs à la recherche de la terre promise se faire massacrer par des cavaliers berbères, est totalement hors de propos avant de tourner au ridicule absolu

lorsque Manon meurt ensablée dans les bras de son amant.


Heureusement si cette histoire d’amour plus stupide que fou a pris avec les ans un méchant goût de poussière, la description courageuse car peu flatteuse de la France de l’immédiate après-guerre ne manque pas de souffle, à l’instar des séquences de bombardement dans les décombres ou la fuite de Manon dans les couloirs d’un train archi-bondé qui témoignent d’un sens exceptionnel de la mise en scène. 

SteinerEric
4
Écrit par

il y a 11 mois

3 j'aime

Manon
Val_Cancun
7
Manon

Garce attacks!

Après "Miquette et sa mère" que j'ai vu la semaine dernière, encore un film assez mal-aimé dans la filmographie de Clouzot, qui choisit d'adapter à l'époque contemporaine le fameux roman de l'Abbé...

Lire la critique

il y a 1 an

6 j'aime

7

Manon
AMCHI
7
Manon

Un Clouzot à découvrir

Je n'ai pas lu le roman de L'Abbé Prévost donc je ne serais dire si le film de Clouzot suit fidèlement la trame du roman, mais moi qui avait peur d'un film mal vieilli j'ai été surpris par son ton...

Lire la critique

il y a 10 ans

5 j'aime

Manon
Zolo31
6
Manon

L'histoire du Chevalier Très Sérieux et de Manon l'Escort

Voici un film en apparence de facture très classique mais qui réserve des surprises liées à la volonté d'insérer l'histoire d'amour du XVIIIème siècle dans l'actualité de l'après-guerre. En premier...

Lire la critique

il y a 4 ans

4 j'aime

3

Manon
SteinerEric
4
Manon

Un méchant goût de poussière

Qu’un cinéaste aussi misogyne et misanthrope que Clouzot transforme le roman classique de l’abbé Prévost en hymne à l’amour fou ne manque pas d’étonner. Une contradiction que l’on ressent tout au...

Lire la critique

il y a 11 mois

3 j'aime

30 minutes de sursis
SteinerEric
5

Quand Pollack faisait ses gammes

«C’est le seul de mes films que je n’aime pas vraiment", déclarait Sydney Pollack à propos de ce thriller téléphonique, le premier film pour le cinéma du futur réalisateur de Jeremiah Johnson et de...

Lire la critique

il y a plus d’un an

3 j'aime

Vautrin
SteinerEric
5
Vautrin

Michel Simon était bien seul

Difficile d'adapter pour le cinéma une œuvre aussi foisonnante que celle de Balzac, d'autant plus s'agissant ici d'un personnage qui traverse trois copieux romans. De ce point de vue, Pierre Billon...

Lire la critique

il y a 7 mois

2 j'aime