Les Résistants de l'Apocalypse

Avis sur Manuel de survie à l'apocalypse zombie

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Bon ben c'est mieux que Zombieland. Mais c'est pas génial quand même. J'ai ri, je l'avoue, à 4 reprises. Mais j'ai été frustré au moins autant de fois ; ça équilibre.

Il y a de bonnes idées dans ce film, c'est sûr. Confronter des scouts aux zombies semblait prometteur ; le problème, c'est que les auteurs n'en font pas grand chose, à croire qu'ils ne connaissent rien des scouts (moi non plus mais je me doute bien que ça va au-delà d'apprendre à faire des nœuds, ramasser de la crotte de daim et apprendre à faire un feu) ; la plupart des 'trucs' qui font scouts sont des trucs basiques qui auraient pu être utilisés par n'importe quel genre de personnage. Là où ça devient intéressant, c'est lorsque la nature se zombifie et que les scouts doivent l'affronter, là on se rapproche de ce qu'on aurait dû avoir, mais ça reste bref et sous-exploité (pourtant, la première scène annonçait du lourd avec le canif).

L'intrigue souffre de son canevas bien trop convenu ; parfois les auteurs s'en détournent légèrement, ce sont les meilleurs passages du film, mais très vite on y revient péniblement (ha les copains qui doivent se disputer, ha la belle qu'il faut séduire) ; c'est surtout de là que viennent les frustrations. Mais aussi de quelques facilités narratives. Par exemple, le coup du pneu à changer ne fonctionne pas du tout dans ce film où le zombie peut courir alors qu'il aurait marché du tonnerre dans le genre où il marche (on a déjà vu des scènes de ce genre dans des films Z d'ailleurs).

Les situations se ressemblent un peu trop et manquent de piment. Ou alors ça commence fort et ça se termine platement. Par exemple lorsque les héros s'enferment dans la prison : la situation est très chouette mais finalement ils s'en sortent trop facilement. Puis le zombie ne sert qu'à tristement courir après les êtres humains. Il y a tout de même une bonne idée digne d'un épisode de la saga de Romero : le zombie est nostalgique de sa vie passée ! Ainsi donc la strip-teaseuse continue de danser, le fan de Britney (gag qui ne doit fonctionner qu'avec les trentenaires) retrouve les paroles de la chanson. On notera aussi l'impact intéressant de la musique et même du bruit en général sur le zombie. Mais tout cela n'est jamais vraiment exploité, c'est bien dommage.

Les personnages sont pauvres. Ce n'est pas tant le fait qu'on retrouve les stéréotypes habituels qui ennuie mais plutôt le fait que les auteurs n'arrivent pas à jouer avec. Parce que les stéréotypes et les clichés, ils sont présents dans tous les films, et c'est bien heureux, sinon il serait bien difficile de suivre une intrigue sans ce genre de facilité narrative qui permet de saisir certaines idées instantanément ; non, le souci, c'est que les auteurs n'arrivent pas à insuffler quelque chose d'original dans leur exploitation. Comme je le dis souvent, faire péter un personnage n'est pas très drôle en soi, ce qu'il faut c'est jouer du contexte, trouver un moment, construire une situation où ce pet sera drôle. Ici, les auteurs n'arrivent pas à créer de situation, on a d'ailleurs parfois l'impression d'enchaîner les scènes de genre sans la moindre tentative de mettre en place quoi que ce soit. D'ailleurs l'intrigue avance parfois étrangement vite, comme lorsque la nana se sépare des garçons à la fin (peut-être à cause d'une scène coupée dans ce cas précis).

La mise en scène est soignée et sauve pas mal les pots : l'action est souvent lisible, le réalisateur évite l'effet épileptico-parkinsonnien, ce qui est tout à son honneur. Il y a quelques gags qui fonctionnent grâce au découpage, comme celui du chibre avant de sauter sur le trampoline. Mais ça manque aussi un peu de personnalité ou d'idées, on est souvent dans du simple plan-plan. D'ailleurs on ne ressent jamais vraiment la tension, l'ambiance n'est jamais vraiment oppressante, ni même vraiment comique. C'est filmé comme on filmerait n'importe quoi.

Le casting s'en sort bien. J'aurais bien voulu que David Koechner et sa perruque restent un peu plus longtemps à l'écran mais bon, les jeunes s'en sortent. Le moins bon, c'est Joey Morgan. En fait, ils auraient dû reprendre le casting de Superbad pour ce film ; je suis sûr que Jonah Hill rasé peut encore passer pour un ado. Les gonzesses s'en sortent un peu moins bien, elles ne sont pas très drôles et en font trop dans le genre bad ass ; Sarah Dumont est pas trop mal mais rappelle trop Blake Lively (qui déjà n'est pas géniale).

D'ailleurs à propos de bad ass, on sent que les auteurs veulent se la jouer de la sorte, comme dans beaucoup de films pour jeunes. Zombieland jouait à fond cette carte et agaçait à cause de ça. Ici c'est encore le cas, certaines sont construites uniquement autour de ça mais sans mise en place (les confrontations lors de la fête à la fin par exemple), du coup ça tombe le plus souvent à plat. Pour ce qui est de la musique, ça marche mieux : les auteurs prennent des tubes populaires mais qui n'ont pas leur place dans ce genre de film : c'est du déjà-vu mais ça fonctionne toujours et là le côté 'cool' forcé fonctionne un peu.

Bref, pas géniale cette comédie mais il y a quelques instants sympas. Et puis vraiment, c'est mieux que Zombieland.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 282 fois
1 apprécie

Autres actions de Fatpooper Manuel de survie à l'apocalypse zombie