Genèse du monstre

Avis sur Mary Shelley

Avatar Pod607
Critique publiée par le

Le film est sorti sans grand bruit, et j'ai attendu de voir les sorties de cette semaine pour le découvrir.

J'avais sans surprise quelques attentes, parce que le personnage de Mary Shelley est fascinant. La genèse de son œuvre est presque aussi intéressante que l'œuvre elle-même. Comment le moment et l'endroit, l'entourage et les circonstances ont permis à une si grande débauche de talent de s'exprimer dans ce qu'on croyait être un si petit monstre, d'éclipser les maîtres littérateurs autoproclamés, et de produire le morceau de littérature le plus abouti, innovant et mémorable de son siècle.

La genèse de Frankenstein est une curiosité qu'il faut connaître, et est à mon sens une des rares choses que je peux qualifier de source d'inspiration.

Fanboyisme aside, le film :
L'un des problèmes génériques des biopics est le compromis qui existe entre les morceaux du script qui sont factuels et historiques, les morceaux romancés pour l'adaptation filmique, et le consensus qui existe dans le monde de la consommation cinématographique qui consiste à faire tenir son script dans un runtime de 1h50 à plus ou moins 15 minutes. Le montage s'en ressent toujours un peu, ici au début du film où certaines très courtes séquences se devaient de n'être pas supprimées, et s'enchaînent parfois de manière dérangeusement rapide.

Stephen Dillane, s'il a un peu la même gueule, n'a pas les yeux tristes de Rhys Ifans, qui aurait sur ce simple détail été encore meilleur dans le rôle de William Goodwin.

Elle Fanning quant à elle, manque de ce petit quelque chose dans le regard, cette étincelle de talent pur et d'émotions, et quand bien même elle remplisse le rôle, donne à certains moment le ressenti de ne pas être ce grand monstre de littérature, mais bien une actrice qui récite des morceaux d'écriture dont la portée la dépasse.

Voilà, c'est à peu près tout ce que j'ai à reprocher à ce film qui selon mes convictions devait être parfait et ne l'a pas été. C'est un ensemble malgré tout solide, mais qui ne remplacera en toute logique pas les versions écrites de la vie de Mary Shelley et de Frankenstein.

Je ne savais pas en allant voir le film qui le réalisait, et dans ma tête ç'allait forcément être un réalisateur anglais, puisqu'a priori je ferais pas confiance à quelqu'un de non-brit pour traiter du sujet de la littérature anglaise du XIXè. J'ai été agréablement surpris de voir qu'une réalisatrice étrangère avait su traiter avec amour et respect la littérature anglaise, et avec semi-mépris ses auteurs, dans la plus pure manière bien anglaise.

He sprung from the cabin-window, as he said this, upon the ice-raft which lay close to the vessel. He was soon borne away by the waves, and lost in darkness and distance.

P.S : En toute amitié, mais si jamais vous avez effleuré à un moment l'idée de voir ce film en VF, allez jouer à colin-maillard sur l'autoroute

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 878 fois
3 apprécient

Pod607 a ajouté ce film à 1 liste Mary Shelley

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films de 2018

    Les meilleurs films de 2018

    Avec : Ready Player One, Mary et la Fleur de la sorcière, Moi, Tonya, BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan,

Autres actions de Pod607 Mary Shelley