Pourquoi être actrice ?

Avis sur Maryline

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Après le triomphe des Garçons et Guillaume, à table, c'est peu dire que le deuxième film de Guillaume Gallienne était attendu... sauf par moi, parce que ce premier film m'avait laissé indifférent.
Là, il s'attaque à une histoire dont il a entendu parler, et qui a dû arriver des tas de fois ; la difficulté pour une actrice d'être. En l'occurrence, une jeune femme de vingt ans, nommé Maryline, qui vit dans le Nord, et décide d'aller tenter sa chance sur Paris pour vivre son rêve, mais qui va aller d'humiliations en désillusions, avant de trouver une autre vocation dans un autre domaine artistique.

Il en résulte un film très étrange, pas aimable, sur un personnage dont on ne sait si on doit l'aimer ou la rejeter, mais c'est sa bizarrerie qui m'a finalement convaincu. En fait, l'histoire est comme composée de sauts temporels, avec beaucoup d'ellipses, sur le parcours professionnel de cette jeune femme, admirablement jouée par Adeline D'Hermy. Cela va de la difficulté de prendre un accent anglais sur le tournage avec un réalisateur qui la rabaisse, de son manque de confiance, de la pression qu'elle s'inflige, d'une maquilleuse qui la traite comme une moins que rien alors qu'elle la maquille, jusqu'à une rencontre avec un metteur en scène de théatre qui va lui faire penser que sa vie au cinéma n'est peut-être pas celle dont elle a rêvé.

C'est un film au fond assez froid, qui ne prend pas le spectateur par la main, qui donne une image haïssable du milieu du cinéma, avec quelques lumières comme les personnages joués par Vanessa Paradis et Xavier Beauvois, mais ça ne fait pas rêver. C'est peut-être cette approche frontale, radicale, qui m'a séduit, et dont je n'attendais pas de part de Guillaume Gallienne autant de dureté.
Il a même évité la scène redoutée de la promotion canapé, mais il faut dire que le personnage de Maryline souffre assez comme ça, même si elle conserve une grande part de mystère, notamment sur ses motivations à devenir actrice. Quand Vanessa Paradis lui parle de Robert Mitchum, elle ne connait pas ce nom !

Il y a cette dernière partie, où intervient Alice Pol, qui ne doit pas être révélée, car elle joue sur des mises en abime, assez réussis d'ailleurs, mais en fin de compte, le film a réussi à me plaire, même si Gallienne devrait tourner quelque chose de différent de ce qu'il connait, car on le sent quand même sur un terrain balisé. Pour l'anecdote, c'est aussi le film où l'on voit pour la dernière fois Venantino Venantini, qui joue un patron de restaurant.
Mais je comprends que ce fut une catastrophe industrielle, car le film ne prend pas par la main, il n'est pas là pour rigoler, même si au fond, il aurait gagné à être un peu plus linéaire, car ces ellipses sont incessantes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 210 fois
1 apprécie

Autres actions de Boubakar Maryline