👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Warning! Cette critique peut dévoiler des moments-clés de l'intrigue (enfin c'est quand même un film d'horreur je vous apprends rien en vous disant que des jeunes vont mourir dans des circonstances suspectes....).

Le film a commencé depuis une bonne demi-heure. Cela fait 30 minutes que l'on supporte avec la plus grande difficulté ces 5 ados pseudo-hippies, à tel point qu'on se surprend à espérer le doux moment où ils se feront enfin trucider, surtout l'handicapé (nooooon on avait dit pas les chiens et les handicapés..). 30 minutes avec uniquement quelques jets de peinture rouge dûs à de pauvres coupures à se mettre sur la dent, comme ces apéros, vous savez, ceux où on vous sert des légumes tranchés sous prétexte que ce serait bon pour votre santé.

Alors, quand le premier couple d'ados approche tranquillement d'une masure glauque, on se dit que notre attente va enfin être justifiée et on rêve d'une bonne tuerie. Mais c'est la grande déception : les deux meurtres sont expédiés en quelques secondes, le temps pour Leatherface de nous présenter sa technique irréprochable au marteau d'un geste souple, élégant et efficace, que ne renieraient pas les plus grandes athlètes d'aujourd'hui, ainsi que son inventivité dans l'utilisation des crocs de boucher.

2 ados (enfin) rayés du film en 2 minutes. Sachant qu'ils étaient 5 au départ, un simple calcul d'arithmétique accessible à tous, sauf aux ados du film, nous incite à penser qu'il va falloir meubler si on ne veut pas se retrouver devant une fin prématurée du film. Et pendant ce temps-là, l'héroïne éponyme du film, cette chère tronçonneuse, n'a toujours pas justifié sa place. Finalement, au générique de fin, son maigre butin se composera de quelques branches (tant qu'à faire, autant en profiter pour terminer le débroussaillage de printemps), d'une porte, d'une portière de camion et d'un handicapé (dont on a moins pleuré la mort que celle de la porte...).

Décidément ces classiques de l'horreur ne se bonifient pas avec le temps. Difficile de savoir si le côté burlesque de la course-poursuite puis de la scène de fin avec la frustration de Leatherface qui cherche à tronçonner l'air, est voulu ou pas. Même la scène du repas, de loin la meilleure du film, n'échappe pas à ce sentiment au vu du mobilier macabre. Dans tous les cas, cela ne justifie pas les nombreux passages vides de ce film, qui aurait eux aussi eu bien besoin d'un tronçonnage en règle.

Je voudrais terminer en rendant hommage à la seule victime dont l'interprétation sans faille m'a bouleversé, la poule, qui aurait mérité plus de temps à l'écran et dont la profondeur de son jeu d'actrice aurait sûrement apporté beaucoup au film.
fabtx
4
Écrit par

il y a 11 ans

58 j'aime

5 commentaires

Massacre à la tronçonneuse
Pravda
10

Massacre trop sonore

Je ne vous cacherai pas que la première utilité de cet avis est de permettre à la fan inconditionnelle de ce film que je suis de dire "J'ai vu Massacre à la tronçonneuse sur grand écran, wouhou !"...

Lire la critique

il y a 7 ans

102 j'aime

30

Massacre à la tronçonneuse
SanFelice
8

Abattoir blues

Contrairement aux autres films cultes du genre, qui sont tous plus ou moins surestimés (Cannibal Holocaust, L'Exorciste ou Evil Dead), ce classique reste toujours terriblement efficace. Dès les...

Lire la critique

il y a 9 ans

99 j'aime

21

Massacre à la tronçonneuse
DjeeVanCleef
9

Tronche-de-cuir

La première fois que j'ai vu Massacre à la tronçonneuse, c'était en K7 vidéo. La bande magnétique était presque devenue transparente suite aux visionnages successifs. Du coup, j'ai longtemps vécu...

Lire la critique

il y a 7 ans

95 j'aime

17

Le Lauréat
fabtx
10
Le Lauréat

Madame Robinson, vous essayez de me séduire, n'est-ce pas ?

Un de mes films préférés. Pourquoi? Pour Mrs Robinson, le parfait modèle de la femme cougar, bien avant Courteney Cox. Pour l'affiche du film, qui a quand même de la gueule (à noter : ce n'est pas la...

Lire la critique

il y a 11 ans

56 j'aime

3

Le Trou
fabtx
9
Le Trou

Becker fait son Trou

« Je considère Le Trou, et là, je pèse bien attentivement mes mots, comme le plus grand film français de tous les temps » Jean-Pierre Melville. Avec une recommandation pareille on ne peut qu'être...

Lire la critique

il y a 10 ans

54 j'aime

4

Nosferatu le vampire
fabtx
9

Pour tous les mordus de cinéma...

En ces temps troublés pour nos amis suceurs de sang, où l'essence-même de cette admirable et effrayante créature est aspirée jusqu'à la moelle par des Draculas du dimanche et autres Robert Pattinson,...

Lire la critique

il y a 11 ans

52 j'aime

8