👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Petit Friday the 13th-like sans trop de prétentions, ‘’Sleepaway Camp’’ sort au beau milieu de la vague de Slasher qui se répand sur le début des années 1980. Toutefois, il a la particularité de mettre en scène des enfants âgés de 12 à 13 ans, qui passent l’été en colonie de vacance. Sauf que ça ne tourne pas tellement comme ça aurait dû, et des morts mystérieuses se multiplient. D’abord parmi le personnel, puis chez les enfants.

L’histoire suit Angela Baker, une jeune fille traumatisée dans sa petite enfance par la mort accidentelle de son père et de son frère, lors d’un tragique accident de ski nautique. Depuis, elle est mutique, ne s’exprimant qu’à de très rares occasions, et avec difficulté. Elle devient petit à petit la risée de son baraquement, au point d’être harcelée par une petite pétasse, qui a l’une des deux surveillantes du dortoir dans la poche.

‘’Sleepaway Camp’’ c’est un petit film d’horreur plutôt bien troussé, amusant à suivre et rempli de surprises. Au-delà du simple fait de chercher à découvrir qui se cache derrière les meurtres, bien souvent imaginatifs, le métrage se permet d’aborder des thématiques lourdes, des plus étonnantes dans une œuvre qui au premier abord ressemble à un Slasher à deux balles. Mais qui se révèle bien plus profond et perturbant.

Robert Hiltzik aborde ainsi frontalement la pédophilie, par le biais d’un cuistot dégueulasse, qui en plus de fantasmer sur des gamines de 12 ans, les invite parfois en arrière-cuisine pour tenter de se faire s****. (sucer). Un passage qui met dans une position inconfortable, car le film prend dès lors une tournure malsaine. Après avoir fait le tour des tares du monde adulte, et quelques meurtres spectaculaires, le récit se resserre sur les enfants.

L’une des thématiques principales soulevée par ‘’Sleepaway Camp’’ est le harcèlement, dont est victime Angela, de la part des filles de son dortoir, et des garçons du camp. Dès qu’ils sont en groupe, tous deviennent totalement neuneus. Même si Angela peut compter sur Ricky, un petit minet qu’elle ne laisse pas indifférent. Il parvient à se rapprocher d’elle et à nouer une relation. Alors que tout pourrait aller pour Angela, à mesure qu’elle s’intègre, elle est de plus en plus rejetée par le groupe de filles, dont la meneuse est en réalité juste jalouse.

Au milieu de ce qui pourrait ressembler à une petite comédie de mœurs adolescentes, Robert Hiltzik propose un spectacle gore, généreux, et très efficace. Ça saigne, ça tranche, ça crame, sans faire de détails. Œuvre plutôt bourrine, elle vient poser la question sur quel est le public cible. Le récit suit des ados pré=pubères en colonie de vacance. Pour un adulte c’est pas forcément fou. En même temps c’est particulièrement malsain et hardcore pour des ados.

Dans ses réflexions, le film ne s’adresse clairement pas à l’adulte, puisqu’elles portent sur ce que peut vivre un ado. Une histoire de transition, de l’innocence à l’âge adulte, de l’acceptation de soi, à celle d’un corps en évolution. Les divers éléments du récit amènent ainsi toutes ses thématiques vers un dénouement cauchemardesque concluant le film de la plus terrifiante des manières. (Vous n’oublierez jamais ce visage et ce cri… c’est garanti 100% perturbatoire).

Après mûres réflexions sur la question, une réponse sur qui peut bien être le public visé par cette œuvre à sa sortie, reste des plus floue. Si aujourd’hui elle se regarde comme un objet de la production de l’époque, respectueux des codifications, se permettant quelques originalités, tout en étant drôle, fun, et jusqu’au-boutiste dans l’expression de l’horreur, même 40 ans après la question du public cible reste en suspens.

C’est là d’ailleurs une question à laquelle ses multiples suites n’apporteront absolument aucun éclaircissement. Au contraire même puisqu’elles plongent encore plus loin dans le dérangeant, entre les personnages présentés à l’écran et les spectateur/rices présents dans la salle obscure. Mais c’est peut-être à ça que se destine tout simplement ces films, uniquement à déranger son audience. Sans autres prétentions.

Les ados étant mis face aux difficultés qu’ils traversent, et les adultes eux sont mis dans une position de voyeur. D’ailleurs, il est à noter que dans le film tous les personnages adultes sont bizarres, malhonnêtes et déviants. En tant que spectateur adulte, il est compliqué d’essayer de s’identifier à ces personnages ingrats. Mais essayer de s’identifier à des gamin/es de 13 ans c’est encore plus chelou, et malsain.

Donc, peut être que c’est exactement là que se trouve le parti prit de réaliser un Slasher avec des enfants : placer le spectateur adulte dans un inconfort des plus total. Pour le mettre bien mal à l’aise durant toute l’expérience proposée, jusqu’à ce plan final hallucinatoire, terrible et choquant, un fuel efficace pour les cauchemars.

Ainsi, ‘’Sleepaway Camp’’ constitue un objet bizarre, difficilement classable, et complexe à cerner. Sans trop savoir quoi en penser, et comment se positionner face à cette œuvre, il est toutefois certain que l’ultime séquence attaque sévèrement les rétines. Ainsi le pari de déstabiliser le public est amplement une réussite. Un tout petit film, certes, mais un grand moment d’horreur, assez peu égalé.

-Stork._

Peeping_Stork
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Slashers

il y a 2 ans

6 j'aime

Massacre au camp d'été
Peeping_Stork
8

Sleepaway Camp (Robert Hiltzik, U.S.A, 1983)

Petit Friday the 13th-like sans trop de prétentions, ‘’Sleepaway Camp’’ sort au beau milieu de la vague de Slasher qui se répand sur le début des années 1980. Toutefois, il a la particularité de...

Lire la critique

il y a 2 ans

6 j'aime

Massacre au camp d'été
Truman-
5

Critique de Massacre au camp d'été par Truman-

Film culte dans les années 80 Massacre au camp d'été a malheureusement perdu son statut de film culte car il a mal vieillit , beaucoup trop d'ailleurs . Le film a tellement mal vieillit que l'on...

Lire la critique

il y a 9 ans

6 j'aime

1

Massacre au camp d'été
7even
4

Le frisson final

A force de lire ci ou là que la fin de ce film est marquante on peut facilement se mettre en danger et la trouver surestimée, ridicule, convenue. C'est ce que je pensais, on me l'a trop bien vendue...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

The Way Back
Peeping_Stork
10
The Way Back

The Way Back (Gavin O’Connor, U.S.A, 2020, 1h48)

Cela fait bien longtemps que je ne cache plus ma sympathie pour Ben Affleck, un comédien trop souvent sous-estimé, qui il est vrai a parfois fait des choix de carrière douteux, capitalisant avec...

Lire la critique

il y a 2 ans

14 j'aime

6

Gretel & Hansel
Peeping_Stork
6

Gretel & Hansel (Osgood Perkins, U.S.A, 2020, 1h27)

Déjà auteur du pas terrible ‘’I Am the Pretty Thing That Lives in the House’’ pour Netflix en 2016, Osgood Perkins revient aux affaires avec une version new-Age du conte Hansel & Gretel des...

Lire la critique

il y a 2 ans

13 j'aime

2

Monos
Peeping_Stork
1
Monos

Monos (Alejandro Landes, Colombie, 2019, 1h42)

Acclamé par la critique. Auréolé d’un bouche-à-oreille hyper positif. Certains osant même la comparaison avec ‘’Apocalypse Now’’. Autant dire que ce ‘’Monos’’ se présente comme une œuvre des plus...

Lire la critique

il y a 2 ans

7 j'aime