J'aurais pas dû le revoir.

Avis sur Matrix

Avatar Stavroguiness
Critique publiée par le

Matrix. Un monument geek du cinéma. Un classique, presque une institution pour certains.

Malgré une deuxième itération décevante et un troisième opus proche de l'insulte en bonne et due forme, le premier était, dans le coeur des fans, et le mien, intact, au-dessus de tout soupçon, plus blanc que blanc quoi. Et pourtant, après un nouveau visionnage quelques années après (on remerciera @Torpenn de m'avoir poussé à le rematter en insinuant le doute en moi, tel un Satan du web 2.0), je ne suis plus tout à fait sûr que Matrix soit si bon.

On est en fait face à un film de science-fiction assez bateau au scénario ridiculement con (il y a un élu et il doit tuer les méchants) et aux acteurs qui, semble-t-il, se disputent sans merci le prix de la plus grande absence de charisme. L'agent Smith passe encore, et Cypher a une bonne tête, mais le trio gagnant Trinity-Morpheus-Neo ne m'a pas impressionné un seul instant. Pourtant, dans mes souvenirs, ils étaient cools. Damned. Tant pis, je continue.

Ce qui m'a choqué après, c'est la pauvreté des dialogues. On nous offre un bouquet de punchlines ridicules et/ou recyclées, de pseudo-philosophie à deux balles et de répliques dont la platitude ferait peur à Jane BIrkin, et sans jamais se départir de son sérieux, en plus.

Mais alors, merde, pourquoi ce film était dans mon Top 10 ? Pourquoi est-ce que je lui avais mis 9 ? Pourquoi beaucoup de gens s'accordent à dire que c'est un putain de chef-d'oeuvre ?

Quelques éléments de réponse :

-Les combats. Plutôt classes. Ils sont pourtant du même acabit que beaucoup de bons films de kung-fu et autres arts martiaux venus du pays de nos amis bol de riz. En plus, les effets spéciaux en bullet-time ont pris un coup de vieux, et maintenant ça nous en touche sans faire bouger l'autre.

-Le concept. C'est là qu'est la force du film, à mon sens. Le concept a séduit tous les geeks, moi compris, et il a suffit d'une pincée de bourrinage par-dessus pour que la pilule (bleue, par pitié, donnez-moi la bleue) passe sans problème. L'idée que le monde où l'on vit n'est pas réel, qu'on se fait exploiter par des machines et que si on veut on peut devenir résistant/pirate et apprendre les arts martiaux en étant allongé dans un fauteuil, voilà ce qui a plu ! C'est une idée forte, qu'on peut analyser sans problème et pendant quelques temps et qui en plus séduit tous les geeks et autres parias, qui sentent, comme Neo et les autres, que le monde va mal, mais qui ne savent pas pourquoi, qui ont, comme le dit Morpheus "a splinter in their (your dans le film) mind" (trad : une écharde dans l'esprit).

Tout est là, je crois. La possibilité d'une matrice fait envie. La façon dont un programmeur lambda est embarqué dans cette histoire fait envie, parce qu'on peut s'identifier à sa gueule de con et à son métier insignifiant. On a une bonne idée, une idée qui séduit, mais qui, hélas, ne suffit pas à remplir tout un film.

Avant, je pouvais dire sans rougir "Matrix matraque", mais maintenant, c'est plus "Matrix m'attriste", et ma trique, elle, a disparue. Fais chier. Le pire c'est que j'ai mieux noté Fast & Furious, parce que je préfère un film d'action qui dit clairement qu'il est bourrin qu'un film science-fiction-bourrin qui se la joue pompeux et pseudo-philosophico-sérieux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2523 fois
38 apprécient · 20 n'apprécient pas

Autres actions de Stavroguiness Matrix