Encore un coup de KAOS !

Avis sur Max la menace

Avatar Frenhofer
Critique publiée par le

Le croiriez-vous si vous disais que cette adaptation de Max la menace est une réussite totale, qu'ils ont réussi à reprendre le casting de l'époque, aussi jeune qu'à l'époque, avec la VF de l'époque ? Hein, le croiriez-vous ? Bon, bien, disons, une bonne adaptation avec un casting très crédible, un bon scénario, original et en rapport avec l'univers de Max la menace ? Alors, disons, une adaptation meilleure que Wild Wild West parce qu'au moins l'agent 86 n'est pas devenu noir ni Siegfried Conrad cul-de-jatte parce que soi disant plus moderne ?
Non ?
Eh bien, vous avez raison !

Encore un coup de KAOS !
Le vieux coup de l'adaptation d'une série à succès des années 60-70 recalibrée pour plaire à un public des années 2000-2010 trop paresseux pour sortir de sa zone de confort et s'empreindre de l'esprit de la série de l'époque ! C'est la deuxième fois cette semaine !
Le croiriez-vous:toute la recette y est:
- le vieux coup de l'étiologie du héros: Max est un agent de bureau que le hasard va placer sur le terrain
- le vieux coup de la première rencontre des deux héros
- le vieux coup du retour nostalgique de la musique du générique
- le vieux coup du caméo d'une vedette de la série dans un rôle secondaire: cette fois, c'est Bernie Kopell, l'ex-Siefried Conrad, qui s'y colle
- le vieux coup du retour de la voiture de la série
- le vieux coup de reprises de gags gimmick: d'ordinaire, c'est bien, hein, mais là ... on a parfois l'impression que l'on lit des lignes de dialogue sans en comprendre la saveur ...
Au menu, la mouche-espion écrasée sans effet d'amorce comique, le cône de silence bordélisé, la reprise unique et sans âme d'un "Le Croiriez-vous", d'un "Vous me devez trois dollars !" ou d'un "C'est KAOS, ici ! C'est sérieux ! Alors, pas de ...", et un pastiche des génériques de début et de fin pour encadrer. Un hommage timide en somme, en comparaison avec les nombreuses modifications modernes.

Le croiriez-vous ? C'est un film sympathique pour les non initiés mais très problématique pour les véritables amateurs de la série. Et ce, parce qu'il s'agit encore d'une adaptation qui stérilise l'univers de base pour mieux le faire entrer dan les cases et les cahiers des charges des attendus modernes.
On visionnera plus à profit The Nude Bomb avec le Max la Menace original, opus cinématographique faisant suite à la série et produit, réalisé par les mêmes artistes.
Le Max la menace version Steve Carell, lui, est interchangeable, et ressemble bien trop à un Johnny English ou à un New OSS117, ne disposant pas de la saveur toute particulière de l'univers original de Get Smart.

Le croiriez-vous ? Ce cru 2008, tout reboot qu'il soit, n'est pas désagréable.
Il bénéficie, par exemple - le croiriez-vous ? - d'un casting intéressant: Steve Carell s'efforce de ressembler à Don Adams et l'effort paye (sans éblouir, certes), Anne Hathaway est crédible en 99 (bien qu'elle donne la majeure partie du film durant dans la femme forte à la mode, d'une force bien différente de celle de Barbara Feldon, qui offrait une parodie délicieuse de la femme agent secret plus efficace mais volontairement plus effacée et sous le charme), Alan Arkin est hilarant mais à mille lieu d'Edward Platt dans le rôle du chef de CONTROL et Terence Stamp, bien que sans moustache et lunettes, restitue assez bien le comique de Siegfried Conrad, la Nemesis de l'agent 86. Le croiriez-vous ? Il se paie même le luxe d'un caméo de Bill Murray dans le rôle de l'Agent 13 !
Le croiriez-vous ? Il bénéficie aussi de bonnes scènes comiques telles que la scène de danses rivales ou la poursuite finale au service d'un complot proche de celui de l'Homme qui en savait trop.
Le croiriez-vous ? Il bénéficie également du retour de Bernie Kopell, comme dit précédemment, mais hélas pas de Don Adams - mort trois ans auparavant - ou de Barbara Feldon - que l'on disait souffrante au moment du tournage - ni même d'Edward Platt, mort bien avant le premier film de 1980.
Enfin, il bénéficie - le croiriez-vous ? - de l'excellente prestation de Dwayne Johnson à la fois en totale auto-dérision et impliqué dans les scènes d'action.
Le croiriez-vous: par infimes instants, on pourrait effectivement se croire devant un Max la menace.

Le croiriez-vous ? Il souffre cependant d'une trop grande volonté de changer le matériau pour l'ouvrir aux années 2000.
Le croiriez-vous ? Siegfried Conrad reste un néo-nazi sur la forme mais est impliqué dans un attentat terroriste type Ben Laden et se voit par conséquent flanqué d'un Shtarker arabe et barbu (très belle prestation de Ken Davitian néanmoins) et d'un Requin oriental, pour que les néophytes puissent se raccrocher à une référence bondienne. D'ailleurs, quel intérêt de faire jouer Siegfried Conrad par Terence Stamp quand son interprète original, non moins âgé, a pu apparaître en caméo ? La reprise du rôle par le médecin préféré du Love Boat aurait été plus irrésistible !
Le croiriez-vous ? Même
On déplorera de même - le croiriez-vous ? - l'humour un chouya scatophile des comédies américaines actuelles - l'occasion de montrer l'écart nivelé vers le bas franchi entre l'humour de Mel Brooks dans les sixties et Steve Carell dans les années 2000. Le vieux coup de l'obésité et du gag gay ! Max, ancien obèse, fait des complexes et des cauchemars de poids. Lorsque Max transporte le corps d'un ennemi, il est aperçu comme s'il le sodomisait et la technique de distraction de l'adversaire de 99 qui consiste à l'embrasser va évidemment servir un kiss gay de Max. Le croiriez-vous ? Même Windish, le spécialiste des gadgets de la série, se voit remplacé par un duo à visée comique composé de la coqueluche de la série Heroes, Masi Oka, et d'un comparse moins connu. Un duo qui sera le prétexte d'un spin-off.
Cela, sans compter - le croiriez-vous ? - sur les séquences émotion que se gardait justement de représenter la série originale qui préférait de loin les parodier.

À la réplique métadiégétique d'Anne Hathaway destinée au spectateur et invitant à laisser tomber le "manuel" soit l'original, je réponds:
Ici, ce n'est pas le chaos ! C'est sérieux ! Pas de "Badaboumboum, Allahou Ackbar, Dans ta gueule, je suis une femme forte, gros: drôle, cul/gay: drôle, pareil mais nouveau". Si vous avez envie de créer un Johnny English américain, créez-le ! Sinon, faites un Max la menace 100 % pur jus. Ou je vous place sous cône de silence !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 134 fois
3 apprécient

Autres actions de Frenhofer Max la menace