👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Sorti bien plus incognito que la précédente perle de Kechiche, ce Mektoub ne brille pas moins, bien au contraire il atteint un nouveau sommet dans le cinéma français, débarrassé du discours sociologique de bas étage et autres séquences poussives qui alourdissaient inutilement la Vie d'Adèle.

Kechiche a avec Mektoub atteint une étape dans sa recherche de pureté, de naturalisme. Le film de quasi 3h s'écoule comme un divin fluide qui sortirait d'une source alpine, tel un flow irrépressible et magnétisant. Pour atteindre ce résultat il est connu que Kechiche fait preuve d'une exigence considérable, faisant parfois répéter à ses acteurs amateurs 100 fois une scène, passant des dizaines et dizaines d'heures au montage, mais force est de reconnaître que plus que jamais le processus porte ses fruits ici.
Une parenthèse enchantée sous la forme d'un été sur la côte languedocienne comme si vous y étiez, une espèce de fusion entre le brut de décoffrage d'un reportage de Strip Tease qui aurait posé sa caméra là et l'émotion enivrante des histoires d'amour d'un Pollack ou plus récemment d'un Joe Wright. Ils sont rares les films qui vous habitent longtemps après visionnage, ce Mektoub en fait partie sans peine, devenant par la même occasion un de mes films de chevet.

Par pitié France Télévisions, rangez vos remords de comptable pour laisser s'exprimer l'artiste, des oeuvres pareilles ne devraient jamais se trouver limiter par de si basses considérations. Vivement la suite, Intermezzo et puis les autres.. Que l'on puisse suivre Amine et Ophélie pendant 10, 15, 20 ans, toute leur vie.

Hellzed
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 3 ans

1 j'aime

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

146 j'aime

21

Mektoub, My Love : Canto uno
guyness
3

Sea, sex and seum

Une longue vie de spectateur suffit en général à s'apercevoir que souvent, plus le traitement d'une histoire s'éloigne d'une apparence de réalité, plus on touche au vrai. Prétendre que le contraire...

Lire la critique

il y a 4 ans

95 j'aime

54

Mektoub, My Love : Canto uno
Corentin_D
9

Aimer dans le temps

A premier champ, chant premier : toute en liturgie, l'ouverture de Mektoub, My Love lance magnifiquement le manège estival d'Amin, de retour à Sète après une année parisienne où il abandonna la...

Lire la critique

il y a 4 ans

88 j'aime

5

Tu seras merveilleuse ma fille  - Aâma, tome 4
Hellzed
7

Un Helvète qui caresse le divin

J'ai fini Aama et je m'aligne plus ou moins sur ce qui a été dit ici. Si vous êtes cartésien invétéré, évitez. Le tome 4 sent le sprint final, le tome que Gallimard, pourrait-on penser, lui a...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

Sourire suivant - Le Roi des mouches, tome 3
Hellzed
8

Sa majesté

Ma critique vaut pour la trilogie. Huit ans, même pas 200 pages, le Roi des Mouches s'est fait désirer, il faut dire que le coup de Taser qu'avait balancé le tome 1 promettait monts et merveilles...

Lire la critique

il y a 8 ans

6 j'aime

Le Maître d'armes
Hellzed
7

Efficacité dorisonienne

Xavier Dorison évite ses travers habituels dans lesquels ses dernières grandes séries étaient tombées (notamment Long John). Son ressort ésotérique a été trop usé et il semble s'en être aperçu, tant...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

1