Soleil

Avis sur Mektoub, My Love : Canto uno

Avatar Konika0
Critique publiée par le

Amin rentre chez lui dans le sud. Il retrouve sa bande, des jeunes filles de passage, sa famille. Ça drague, ça cherche, ça vit. Voilà assez brièvement mais pas tant que ça le synopsis du nouveau Kechiche. Alors dit comme ça, ça a l’air de rien mais ce film est tout. Une bouffée d’oxygène. Un rayon de soleil. Un concentré d’énergie. On est littéralement irradié par tant de lumière. On est frappé par la spontanéité de l’interprétation et le naturel des situations, comme happé par un quotidien que l’on a forcément connu par bribes. On rentre dans l’intimité d’histoires comme il en existe des milliards. On devine alors qu’il y a chez Amin un peu du regard de Kechiche lui-même. Le regard, c’est ici ce qui compte. Celui du photographe à la recherche de la lumière et de la beauté de la vie comme dans cette scène, une des plus sublimes du film dans laquelle on assiste, presque en temps réel à un agnelage, précédé du portrait face caméra d’une brebis qui semble dire tout de la vie elle-même. Le regard est aussi celui que posent ces hommes sur ces femmes. Un bon tiers du film est cadré sur des croupes. Si bien que l’on reconnaît les actrices à la forme de leurs fesses au bout d’un moment. Et les scènes s’étirent comme des longues journées d’été. Exit la grammaire habituelle du film sexy car ici, le climax se déroule dès les premières minutes du film, nous incitant à chercher autre chose, à regarder au-delà. Alors on cherche la beauté et la vie dans les gros plans sur les visages et sur les fessiers rebondis au gré des mouvements d’une caméra mouvante comme une anguille. Une expérience sensorielle intense, inattendue, difficilement identifiable de prime abord. Un vrai moment de grâce duquel on met un moment à sortir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 96 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Konika0 Mektoub, My Love : Canto uno