👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une de mes meilleures expériences de cinéma (A VOIR EN SALLES UNIQUEMENT)

Le titre résume le tout. 3h30 d'étoiles dans les yeux. J'avais bien aimé le premier volet de cette saga Mektoub My Love, mais Intermezzo le surpasse. On est passé au niveau au-dessus.

Pour contextualiser, je l'ai vu au Grand Théâtre Lumière (merci au mec qui m'a filé l'invitation) de Cannes et j'étais au premier rang. Du coup, j'avais mes jambes bloquées par l'estrade et ce fut par moment très douloureux de ne pas pouvoir les étendre. Mais j'étais tellement transporté par le film que j'en oubliais ma douleur physique.

Revenons-en au film, c'est 30 minutes de plages où on revoit un peu ce qu'il y avait dans le premier film. Puis 3 heures dans une boîte de nuit. Le film devait durer 4 heures mais apparemment, Kechiche a voulu couper 30 minutes avant la projection à Cannes.

On a toujours cette mise en scène naturaliste proche des personnages pour embarquer le spectateur dans le film. On a toujours l'impression d'être avec eux, à leur parler. C'est dingue, on a envie de les toucher, on y croit. Pour le coup, les 3h30 sont passées à une vitesse folle, je ne les ai pas comptées...

Là où les dialogues peuvent paraitre insipides, on s'en fout. C'est un film sur la vie quotidienne, ça nous renvoie à notre propre médiocrité d'être humain. C'est ça qui est beau. On voit ces jeunes hommes et femmes qui profitent de leur vie et nous, on les regarde. Quand on voit Aimé draguer Ophélie Bau, on pleure. On se demande pourquoi on n'a pas sa tchatche pour draguer des 11/10 en boîte ou à la plage ! On pleure parce qu'on a une vie de merde et que ce film nous le rappelle à chaque instant. Kechiche nous colle contre un mur en nous donnant deux baffes pour espérer nous entendre péter, qu'on fasse "Prout !". Il nous dit clairement "Profite de ta jeunesse, profite de la vie" comme le dit Pierre ! Alors à la fin du film, on a envie de faire tout ce qu'on veut. Parce que sa force est là.

A côté, la pellicule a un grain presque envoûtant quand il est mélangé à la musique électronique. On est aspiré dans la tourmente du film qui, c'est vrai, filme beaucoup les fesses de ses actrices qui se dandinent un peu grossièrement dans la boîte. Après, c'est parce que je déteste cette mode vulgaire du Twerk qui n'est rien d'autre qu'une lubie de pouffiasse.

Cette fois-ci, la seule actrice qui porte du vernis a fait l'effort de le garder pendant TOUT LE FILM contrairement à Lou Luttiau dans le précédent qui en avait du rouge (immonde) seulement dans les scènes de plage (je vous renvoie à ma critique précédente).

Pour noter un réel point négatif au film, je pense qu'il aurait dû s'arrêter à la scène du cunilingus. Le reste n'a plus aucune importance. Elle n'est d'ailleurs là que pour choquer Cannes, on ne se le cachera pas plus longtemps. Elle n'a pas grand intérêt, surtout au niveau de la mise en scène, à part faire hurler les bourgeois dans la salle.

On notera aussi un caméo subtil de la monteuse du premier film dans un plan de la boîte de nuit. Personne ne la connait, mais je l'ai vue avant le film et logiquement reconnue dans le plan, ça m'a fait sourire.

Donc voyez-le en salle uniquement (ou si vous possédez du meilleur système numérique chez vous) pour vivre l'expérience comme elle mérite d'être vécue.

Thuguy
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2019 et Saleté de poussière dans l'oeil

il y a 3 ans

1 j'aime

3 commentaires

Mektoub My Love : Intermezzo
MisterDiamondTempest
1

Coup de cul

Un ballet incessant de fesses sur 3 heures (littéralement et vus sous les mêmes angles). Une histoire approximative dont on ne retient qu'une discussion elle aussi portée sur des fesses (histoire de...

Lire la critique

il y a 3 ans

21 j'aime

10

Mektoub My Love : Intermezzo
Little_Nemo
7

Le Diable au corps

Voir un Abdellatif Kechiche à Cannes dans la salle Lumière m’apparaissait, avant même la projection, comme une expérience cinématographique unique. Force est de constater que je n’ai pas été déçu par...

Lire la critique

il y a 3 ans

20 j'aime

12

Mektoub My Love : Intermezzo
angeheurtebise
10

Une nouvelle étape

Difficile d’écrire sur Intermezzo. Ou bien l’on prête main forte au scandale en surfant sur la polémique, ou bien l’on crie au génie, probablement plus inspiré par l’opportunité de se démarquer que...

Lire la critique

il y a 2 ans

15 j'aime

3

Barbaque
Thuguy
8
Barbaque

Label Rouge

Pas facile de sortir une comédie sur les végétaliens sans avoir d'un lourd pas drôle. On se souvient du sketch d'Éboué sur les épiceries vegan et c'était pas énorme. Ce film en est le contraire...

Lire la critique

il y a 7 mois

22 j'aime

1

Un pays qui se tient sage
Thuguy
2

ACABlant

Les Cinexpériences ne sont pas toujours le théâtre de découvertes fameuses. Si ça l'a été pour La Fameuse Invasion des Ours en Sicile ou encore La Fille Au Bracelet cette année, ce n'est pas le cas...

Lire la critique

il y a plus d’un an

13 j'aime

47

La Dernière vie de Simon
Thuguy
3

Niaiserie sans fin

Je l'ai vu en Cinexpérience hier soir. Les spectateurs disaient avoir bien apprécié le film et que ça faisait du bien au cinéma qu'il ose prendre des risques (comme si le cinéma français avait besoin...

Lire la critique

il y a 2 ans

11 j'aime

16