👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Attendu au tournant après un Antichrist dont la forme oppressante mais très réussie se trouvait confrontée à une histoire assez décousue, Lars Von Trier revient avec Melancholia. Dire que le réalisateur danois divise les spectateurs serait un euphémisme, l'auteur étant considéré par certains comme l'un des grands réalisateurs de sa génération, un homme prétentieux et pompeux pour d'autres.

Les amateurs pourront une nouvelle fois apprécier un esthétisme flamboyant dont les références, de Bruegel aux Préraphaélites, sont clairement évoquées à travers une succession de tableaux vivants dans une introduction composée d'effets spéciaux aussi originaux que réussis. Connu pour pousser ses acteurs jusqu'à leurs limites (et parfois au delà, Bjork en sait quelque chose) Von Trier tire ici le meilleur du duo Dunst/Gainsbourg, la palme accordée à la première, méritée, aurait pu déboucher sur une double palme tant elles sont complémentaires. Les seconds rôles, notamment une effrayante Charlotte Rampling, ne sont pas en reste.

Les détracteurs pourront souligner dans Melancholia un manque total de surprise dans les thématiques abordées. Von Trier tombe dans une misanthropie trop palpable, trop frontale et surtout déjà traitée maintes fois chez lui. L'absence d'enjeu dramatique n'aide pas à dynamiser le film puisque nous apprenons dès le début du film que la Terre sera détruite. De fait Von Trier a bien du mal à nous intéresser, et si les actions et réactions des différents protagonistes face à leur mort inévitable constituent un sujet intéressant, on tombe dans le classique thème de l'être humain constitué des dominants exécrables et de faibles pathétiques. Le film, sectionné en deux parties (après l'introduction) présente chacune des deux soeurs passant tour à tour du statut de dominée à dominante. Misanthropie oblige, quel que soit leur état d'esprit il n'y aura pas de salut, l'être humain ne le mérite pas.

Difficile de juger une oeuvre comme Melancholia, Von Trier a évolué et ne se sent plus obligé d'insérer des scènes chocs et nous livre cette fois-ci une histoire simple et limpide mais avec un fil directeur tellement fin qu'il se rompt facilement pour peu qu'on attende un peu plus qu'une ambiance réussie et un superbe visuel.
Necronembourg
5
Écrit par

il y a 10 ans

Melancholia
TheScreenAddict
10
Melancholia

Monumental !

Jusqu'à présent, nous n'avions vécu la fin du monde au cinéma qu'à travers un nombre incalculable de films catastrophe, souvent outrancièrement spectaculaires, presque toujours issus des studios...

Lire la critique

il y a 11 ans

139 j'aime

29

Melancholia
Thaddeus
5
Melancholia

Le nombril de Lars

Comme souvent, il est difficile d'émettre un avis valide sur un film qui a été tant commenté, et qui a conquis dès sa sortie une très grande notoriété auprès du public cinéphile, y compris parmi ceux...

Lire la critique

il y a 10 ans

132 j'aime

15

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23

Rocky
Necronembourg
10
Rocky

Critique de Rocky par Necronembourg

Le mythe de David contre Goliath. Un match de boxe opposant un raté, une "fausse patte" qui fume et ne va pas à l'entrainement face au champion du monde des poids lourds, le tout le jour de...

Lire la critique

il y a 12 ans

18 j'aime

2

Terminator
Necronembourg
9
Terminator

Le meilleur de la série

L'inverse du 2ème opus. Il y a une froideur qui se dégage de cette machine qui est remarquablement bien retranscrite. A l'inverse le 2ème épisode essaye d'humaniser une machine et on touche...

Lire la critique

il y a 12 ans

7 j'aime

4

The Big Lebowski
Necronembourg
9

Critique de The Big Lebowski par Necronembourg

Le film le plus drôle de tous les temps, avec son lot de situations surréalistes et ses personnages complètement dingues.

Lire la critique

il y a 12 ans

4 j'aime

1