👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Le mystère de la poitrine soudainement opulente.

En toute franchise, je suis toujours resté perplexe face au mystère Von Trier, ne comprenant absolument pas son cinéma et encore moins l'homme, franchement agacé par certains partis pris (le concept de "dogme" me fait franchement chier et l'absence totale de décors dans "Dogville" m'a ruiné le film) et par le côté diva provocatrice pour festival en manque de controverse d'un cinéaste parfois limite. Chef-d'oeuvre pour certains et bouse infâme pour les autres, "Melancholia" allait-il changer la donne ? Bah non et j'en suis le premier navré. Démarrant son film sur un prologue tout droit sorti de son précédent opus, suite de tableaux photoshopés à peine dignes d'une pub Dior dont je n'ai retenu que deux superbes plans (la chute d'oiseaux, sublime !), Lars Von Trier n'a provoqué chez moi que de l'ennui poli, étirant à l'infini un récit peu emballant mettant en parallèle la dépression d'une jeune femme (Kirsten Dunst, pas mauvaise, mais vite éclipsée par Charlotte Gainsbourg) et la fin annoncée de notre chère et tendre planète, jusqu'à un final interminable. Si l'ensemble n'est pas foncièrement mauvais et se laisse suivre d'un oeil, il a réussi à me faire regretter les provocations faciles (mais parfois payantes) d'un "Antichrist" qui avait au moins le mérite d'offrir un véritable travail esthétique et de revenir aux bases de l'horreur primale malgré ses nombreux moments de branlette intellectuelle. Peu convaincu par l'histoire et encore moins par la mise en scène de Von Trier, j'ai donc passé la majeure partie du film englué dans un mystère inexplicable et absolument fascinant: mais d'où sort cette poitrine soudainement opulente de miss Dunst ?
Gand-Alf
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste 2011.

il y a 10 ans

22 j'aime

2 commentaires

Melancholia
TheScreenAddict
10
Melancholia

Monumental !

Jusqu'à présent, nous n'avions vécu la fin du monde au cinéma qu'à travers un nombre incalculable de films catastrophe, souvent outrancièrement spectaculaires, presque toujours issus des studios...

Lire la critique

il y a 11 ans

139 j'aime

29

Melancholia
Thaddeus
5
Melancholia

Le nombril de Lars

Comme souvent, il est difficile d'émettre un avis valide sur un film qui a été tant commenté, et qui a conquis dès sa sortie une très grande notoriété auprès du public cinéphile, y compris parmi ceux...

Lire la critique

il y a 10 ans

132 j'aime

15

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25