👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est sans a priori aucun que je suis allé voir Melancholia. Aucun a priori sur Lars Von Trier, dont la filmographie m'a échappé. Aucun a priori sur le film: on m'a proposé une place pour l'avant première et j'y suis allé. Bon, j'arrête de raconter ma vie et je parle du film!

En trois points.

L'Introduction est un film à part, ou une oeuvre à part, qui tient autant du cinéma, de la photographie, de l'art vidéo. Une oeuvre de cinq minutes, portée par le prélude à Tristan et Yseult de Wagner, une vision de la fin du monde. Il s'agit en fait (ne pas lire sans avoir vu le film) d'une annonce du film à venir: la dépression, la destruction, la sérénité, la fin du monde, sur fond de ballet de planète (ce qui n'est pas sans rappeler une autre pièce majeure de cette année, le fantastique 'Tree of Life' de Terence Malick. Obsession pour les espaces infinis? En tout cas cette première scène annonce la couleur (de la fin du monde) et expédie la fin tragique, laissant le champ libre au film.

La première partie nous montre Justine. Kirsten Dunst radieuse puis mélancolique et enfin dépressive en mariée. Le casting est grand, l'interprétation magnifique.

La seconde partie se concentre sur Claire, la soeur de Justine. Alors que Claire incarne l'amour, la tendresse, Justine est la mélancolie et la dépression incarnée.

Alors que la planète Melancholia amorce son ballet avec la terre, la fin du monde se fait de plus en plus certaine et inévitable, jusqu'à la scène finale qui est la plus belle fin du monde qu'il m'a été donné de voir jusqu'ici. Une de ces scènes qui laisse le coeur tout engourdi pendant quelques minutes.

Pour moi, Melancholia tient du chef d'oeuvre, tout simplement.

Crocodile
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Vu en 2011

il y a 10 ans

12 j'aime

2 commentaires

Melancholia
TheScreenAddict
10
Melancholia

Monumental !

Jusqu'à présent, nous n'avions vécu la fin du monde au cinéma qu'à travers un nombre incalculable de films catastrophe, souvent outrancièrement spectaculaires, presque toujours issus des studios...

Lire la critique

il y a 11 ans

139 j'aime

29

Melancholia
Thaddeus
5
Melancholia

Le nombril de Lars

Comme souvent, il est difficile d'émettre un avis valide sur un film qui a été tant commenté, et qui a conquis dès sa sortie une très grande notoriété auprès du public cinéphile, y compris parmi ceux...

Lire la critique

il y a 10 ans

132 j'aime

15

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23

Comment se faire des amis
Crocodile
7

un bouquin à assumer, un peu

Oui, bon, j'avoue, avoir "Comment se faire des amis" dans sa bibliothèque ça transpire la loose. Oui, mais le titre original de ce bouquin c'est plutôt "comment se faire des amis et les manipuler",...

Lire la critique

il y a 11 ans

47 j'aime

1

Des hommes sans loi
Crocodile
5

Critique de Des hommes sans loi par Crocodile

Lawless : Des Hommes Sans Loi est un film qui m'a carrément laissé sur ma faim. Le film nous invite à plonger dans l'univers de l'Amérique profonde des années 20-30, de la prohibition. Intéressant...

Lire la critique

il y a 9 ans

38 j'aime

2

xx
Crocodile
7
xx

Critique de xx par Crocodile

The XX a été la grosse hype de 2009. A une époque où les magazines musicaux ne font plus vraiment les ventes de disques (quels disques d'ailleurs?) on commence à connaître la recette. Ca commence par...

Lire la critique

il y a 10 ans

28 j'aime

4