👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Magnifique.
D'abord visuellement. On a l'impression parfois que certain réalisateur ont une caméra du futur, tellement leurs films, quoi qu'ils filment, sont beau. Beau comme un couché de soleil (d'ailleurs, comme ça, une petite astuce: au lieu de payer 6 euros pour aller voir un film d'Emmerich, filmez vos toilettes, vous n'en serrez que plus heureux).
...
Les effets spéciaux, plus particulièrement ceux utilisés pour la planète mélancholia, sont tels qu'on les croiraient réels. Le premier quart d'heure est énorme, l'un des plus beau moment de cinéma que j'ai vu (je sais, je le dit tout le temps).
Je n'ai pas forcément tout compris, dans ce que le réalisateur veux nous faire comprendre. Mais dans le peu, c'est déjà très beau. La complexité du personnage joué par Kristen Dunst (palme d'or de la meilleur actrice, s'il vous plait) et son idée de la vie, en opposition à celle de sa soeur (et même de toute sa famille), avec chacune (car le film s'intéresse surtout à ces deux personnages. Les deux parties prenant même leur nom comme titre) leurs idées, leurs morales, leur but.
Deux points sur la réalisation: Déjà les plans utilisés sont magnifiques et le réalisateur sait y faire. Par exemple un plan d'allure symétrique avec, au fond, la planète mélancholia, comme étrangère. D'autre part une grande partie de la réalisation se fait caméra à l'épaule. Et pour cause : les acteurs improvisent beaucoup ! Ces deux chose nous permettent d'avoir beaucoup de réalisme, mais surtout de se sentir proche d'eux.
Comme beaucoup de film, celui-ci utilise un schéma basique, mais qui marche: une première partie sur les personnages et leur vie et une deuxième sur le drame. (une formule qui marche, mais surtout grâce aux talents du réalisateur; Rappelons qu'un film pour devenir bon ne suit pas de règles).
Je finirais par la bande son: puissante, bouleversante et magnifique.
Karutso
9
Écrit par

il y a 10 ans

1 j'aime

Melancholia
TheScreenAddict
10
Melancholia

Monumental !

Jusqu'à présent, nous n'avions vécu la fin du monde au cinéma qu'à travers un nombre incalculable de films catastrophe, souvent outrancièrement spectaculaires, presque toujours issus des studios...

Lire la critique

il y a 11 ans

139 j'aime

29

Melancholia
Thaddeus
5
Melancholia

Le nombril de Lars

Comme souvent, il est difficile d'émettre un avis valide sur un film qui a été tant commenté, et qui a conquis dès sa sortie une très grande notoriété auprès du public cinéphile, y compris parmi ceux...

Lire la critique

il y a 10 ans

132 j'aime

15

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23

L'Évangile selon Saint Matthieu
Karutso
9

Critique de L'Évangile selon Saint Matthieu par Karutso

Premier plan, magnifique, le visage de Marie, très pur, très beau, remplit d'émotion, malgré sa physionomie de marbre. Elle, vierge et pourtant en ceinte, et Joseph, déçu, qui la regarde une...

Lire la critique

il y a 10 ans

6 j'aime

The Tree of Life
Karutso
10

Critique de The Tree of Life par Karutso

The Tree of life: L'arbre de vie. Un bien joli nom. Tout d'abord, j'aimerais inviter les gens qui n'ont pas vu le film à aller dehors. Mieux vaut ne presque rien savoir sur le film, juste qu'il faut...

Lire la critique

il y a 11 ans

6 j'aime

3

Sátántangó – Le Tango de Satan
Karutso
9

Critique de Sátántangó – Le Tango de Satan par Karutso

C'est une petit tournant, un virage que l'on fait lorsque l'on a vu ce film. Voir un film de plus de 7 heures est déjà en soi peu commun. Mais c'est aussi une expérience cinématographique...

Lire la critique

il y a 10 ans

5 j'aime