👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'ai loupé le prologue de Melancholia et je le regrette parce que Melancholia est juste le genre de film dont on ne veut pas louper une minute.
Divisé en deux parties, le film dépeint l'angoisse et la mélancolie. Chaque partie s'attache à une femme (la psychée de Von Trier coupée en deux et féminisée) qui se renvoient l'une l'autre leurs forces et leurs faiblesses.
C'est noir, c'est binaire, ça ma rappelle un peu Black Swan dans le côté pédagogique. On part de deux entités qui s'opposent et on vous donne au fil du film des éléments de réflexion qui vous aident à construire votre expérience. Vous vous programmez votre propre film en rapprochant telle faiblesse de telle autre. Tel comportement, tel trait de caractère, telle type de réaction...
Ainsi, Justine a l'air faible et fragile, mais c'est elle qui sera finalement la plus forte.
Si Justine est terrifié par la pensée de mener une vie rangée, Claire l'est par tout ce qui détruit et désorganise.
Les personnages ont peur. C'est vide. On cherche la substance. L'important. L'essentiel. Mais aucune réponse ne vient vraiment. Il y a juste le corps noué. L'angoisse. La présence très palpable malgré toute la froideur de la démonstration.
Les esprits sont aiguisés et blessants.
On ne fait pas de concession.
C'est juste, c'est direct et droit. La prise de vue est toujours aussi géniale. Le choix de la musique, intrigant et porteur.
Plus poussé qu'Antéchrist parce que plus raisonnable, plus abouti qu'Epidémic, avec la force des Breaking the Wave et des Dancer in the Dark, l'humour de The Idiots et de The Direktoren, l'histoire et le surnaturel de The Riget, j'ai aimé et j'aime encore.
gaotian
8
Écrit par

il y a 10 ans

Melancholia
TheScreenAddict
10
Melancholia

Monumental !

Jusqu'à présent, nous n'avions vécu la fin du monde au cinéma qu'à travers un nombre incalculable de films catastrophe, souvent outrancièrement spectaculaires, presque toujours issus des studios...

Lire la critique

il y a 11 ans

139 j'aime

29

Melancholia
Thaddeus
5
Melancholia

Le nombril de Lars

Comme souvent, il est difficile d'émettre un avis valide sur un film qui a été tant commenté, et qui a conquis dès sa sortie une très grande notoriété auprès du public cinéphile, y compris parmi ceux...

Lire la critique

il y a 10 ans

132 j'aime

15

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23

City of Life and Death
gaotian
7

Critique de City of Life and Death par gaotian

Je n'avais encore jamais vu de film de Chuan Lu et je reviens assez mitigé de cette première expérience: la photographie du film est vraiment, à mon goût, excellente, la réalisation puissante,...

Lire la critique

il y a 12 ans

4 j'aime

2

À la merveille
gaotian
7

Ca tourne

Un travail formel avec de très belles prises, qui se traine peut-être un peu trop, qui se glisse quelquefois dans de belles répliques mais court trop souvent sur place avec des airs parfois ridicules...

Lire la critique

il y a 9 ans

2 j'aime

1

De rouille et d'os
gaotian
7

Brise glace

Toujours dans la lignée des films où deux personnages principaux se confrontent et se racontent, J. Audiard pousse encore un peu plus la manipulation du spectateur déjà bien entamée dans Un Prophète...

Lire la critique

il y a 10 ans

2 j'aime