I want a version française.

Avis sur Méprise Multiple

Avatar SlashersHouse
Critique publiée par le

Après ma critique de l'import Z1 de Zack And Miri Make a Porno je me suis dis pourquoi pas faire celle de Chasing Amy, puisque celui-ci n'a jamais été édité en France.
Qu'on fasse du direct-to-dvd pour la plupart des films de Kevin Smith passe encore, mais qu'il n'y en ai pas du tout là il y a mal-donne, surtout quand celui-ci est de loin le meilleur qu'il ai réalisé.
D'ailleurs pour être très précis le film est sorti en salles françaises, en VF, sous le nom de Méprise Multiple, a eu une édition VF en VHS, mais quid du DVD ???
Bon les cinéphiles vont bondir en sachant que je regarde les films doublés en français, mais en réalité non, mais malheureusement nous connaissons tous des personnes, qui même sans être cinéphiles sont mentalement aptes mais n'aiment cependant pas les films en VO, et SURTOUT quand il n'y a aucun moyen d'avoir des sous-titres en français. Or Chasing Amy est un film tellement beau et émouvant que l'on voudrait le faire découvrir à tout les gens que l'on peut connaître, voir même leur faire à la demande des copies illégales.
Certains accros comme moi sont même dingues au point d'avoir acheté le DVD Z1 et Z2 UK car les deux ne présentent pas les mêmes bonus, c'est vous dire la fièvre acheteuse que peut provoquer ce film (le Z1 Criterion edition a les bonus du Laserdisc de l'époque, notamment un où Kevin Smith crache sur le format DVD en disant que c'est de la merde, car il faut le savoir à l'époque les éditions Laserdisc offraient une meilleure image et un meilleur son).
Maintenant que tout est clair venons-en au film en lui-même.
Kevin Smith s'est toujours consacré à ses passions, à savoir les comics, la musique et le cinéma, et a toujours laissé de côté sa vie intime, tout en observant avec intérêt celle des autres, et toute cette observation, aussi éducative soit-elle, l'a encore plus poussé à se poser des questions.
C'est ça Chasing Amy, une histoire sentimentale la plus compliquée que l'on puisse imaginer, comme si Kevin Smith, tout en l'écrivant, s'amusait à inventer encore de nouveaux problèmes tout en cherchant simultanément comment les résoudre, ce qu'au final est le leitmotive de la plupart des gens, car une vie sans obstacles est une vie bien ennuyeuse.
Les deux protagonistes, Holden (Ben Affleck) et Banky (Jason Lee) vivent un peu la vie que les deux meilleurs amis du monde voudraient vivre, être ensemble en colloc' dans un appart qui leur sert aussi de lieu pour leur travail commun (dessiner des comics), mater des films ensemble, jouer à la console ensemble, se boire des bières ensemble, bref tout faire ensemble comme un couple, sans le côté gay.
Tout ira bien pour eux jusqu'à ce que Holden flash sur une auteur de comics, Alyssa (Joey Lauren Adams), jolie blonde cultivée et hyper-craquante, l'élément perturbateur que Banky verra tout de suite d'un mauvais oeil. Mais tout n'est pas toujours très clair et une simple invitation à un concert dans un bar suffira à Holden pour s'enflammer, jusqu'à ce qu'il se rende compte, après une chanson — volontairement — chantée faux, qu'Alyssa ne chantait pas pour lui, mais pour sa copine de baise, et c'est là que tout deviendra clair, Alyssa est 100% lesbienne.
Raide dingue malgré tout il deviendra ami avec elle, et force est que l'amour n'est pas forcément une question d'attirance envers les personnes du même sexe ou de sexe opposé, mais simplement d'un bien-être que l'on peut avoir avec elles, et c'est ça qui fera qu'Alyssa finira par répondre positivement à ses avances, se retrouvant par la suite en guerre ouverte avec Banky.
Smith, même s'il n'avait pas vraiment de retenu dans les propos de ses deux premiers films (Clerks et Mallrats) y va cette fois franchement niveau cul et n'hésite pas à aborder des sujets sur lesquels la plupart des hétéros mâles se sont toujours interrogés, comme « comment les femmes font-elles l'amour ensemble ? », « est-ce qu'elles se fistent comme dans les films pornos ? », « est-ce que la langue est suffisamment longue au point de valoir une pénétration ? », une sorte de fenêtre ouverte par procuration sur la vie des lesbiennes. De la curiosité mal placée ? Du voyeurisme ? Du sexe gratuit ? Non, simplement un franc-parlé sur des sujets toujours controversés, et pourtant le film date de 97, un film en avance sur son temps, et c'est d'ailleurs ce qui a expliqué son succès au festival Independent Spirit Awards (prix du meilleur scénario).
Complexité de l'amitié, complexité de l'amour, complexité de la vie, tout y est complexe et pour clore l'oeuvre Smith sait garder une certaine humilité, se refuse à être moralisateur et montre on ne peut mieux que personne n'a toutes les réponses et que malgré cette superbe histoire il se sent toujours aussi perdu sinon plus qu'avant de l'avoir écrite.
Mention spéciale pour Ben Affleck qui, quand il est bien dirigé, sait être un excellent acteur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 659 fois
7 apprécient

SlashersHouse a ajouté ce film à 4 listes Méprise Multiple

Autres actions de SlashersHouse Méprise Multiple