Cinégénie de Vincent Cassel

Avis sur Mesrine : 1ère Partie - L'Instinct de mort

Avatar stebbins
Critique publiée par le

Ce premier volet commence là où l'histoire s'arrêtera : par la mise à mort de Jacques Mesrine, gangster notoire auteur de nombreux braquages dans les années 60 et 70, tueur autrement appelé « L'ennemi public n°1 ». Première partie menée à un rythme trépidant Mesrine : l'instinct de mort ne se concentrera que sur les premières années de l'activité redoutable du célèbre gangster, et donc jusqu'à la fin des années 60... Le métrage de Jean-François Richet, nerveux et passionnant, se permet souvent une certaine grandiloquence voire une héroïsation de la figure de Jacques Mesrine, dans cette manière de sublimer son acteur principal : la star Vincent Cassel, comédien aux choix toujours controversés mais audacieux, pour l'occasion impeccable et jubilatoire.

Mesrine : l'instinct de mort est un film à l'image de son casting : plutôt imposant et généreux, ce premier volet emprunte beaucoup aux codes du film de gangsters à l'américaine, fort d'un budget considérable et d'une matière première forcément potentielle pour le cinéma. Cassel est parfois magistral, nous inspirant souvent la fascination mais aussi une certaine humanité, même si parcimonieuse. La morale du film reste trouble et c'est là que son intérêt réside, dans cette manière de montrer également le protagoniste dans ses moments ignobles et dans ses moments touchants. Du reste Jean-François Richet nous informe d'emblée que la véracité de son film n'est pas complète puisque avant tout cinématographique ; première partie plus réussie à mon sens que la suivante, noire et palpitante, L'instinct de mort tient de la grosse production ambitieuse et réellement maîtrisée, trouvant son apothéose dans la superbe scène d'évasion du pénitencier canadien n'ayant rien à envier d'un film américain.

La reconstitution visuelle de la France des années 60 est véritablement travaillée, des décors jusqu'aux maquillages ; la bande originale est, quant à elle, tout à fait pertinente dans les morceaux choisis et magnifique dans sa composition enregistrée pour le film... Il en résulte un divertissement de haute volée s'affichant comme un vrai plaisir de cinéma, à re-découvrir régulièrement pour la force de Vincent Cassel, logiquement récompensé par un César pour l'occasion. A voir absolument.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 167 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de stebbins Mesrine : 1ère Partie - L'Instinct de mort