Mia et le lion blanc ou le film qui dénonce

Avis sur Mia et le Lion blanc

Avatar Noctibule
Critique publiée par le

L’idée de ce film est venue chez le réalisateur alors qu’il réalisait un documentaire sur les amitiés entre des enfants et des animaux sauvages. Un jour il fait la rencontre d’un garçon dont sa famille possède un élevage de lion. Ces derniers caches à ce jeune garçon, sous couvert de le préserver, que les lions sont vendus a des chasseurs pour être tués.
Pour le tournage, Gilles de Maistre fait appel au zoologiste sud-africains professionnel des lions : Kevin Richardson. Ce film n’est pas seulement une histoire d’amitié entre une fille et un lion, c’est un véritable questionnement sur la place des animaux sauvages dans notre société.

I) Le lion comme animal de compagnie

Mia, petite fille qui se sent seule loin de Londres, retrouve le sourire quand elle se lie d'affection avec un jeune lion blanc né dans la ferme de ses parents. Ici, on voit le lion comme un animal de compagnie, la jeune fille s’occupe de lui comme elle le ferait avec un chien. Elle dort avec, joue avec, le laisse dans la maison…
Plus le lion grandi, plus elle l’aime et plus ses parents ont peur. Mia n’a aucune limite et se laisse même faire quand Charly (le lion) lui saute dessus tellement elle a confiance.
Cette relation pose la question des relations entre Hommes et animaux. Peut-on lier une amitié avec un animal aussi sauvage soit-il ?

II) Le lion comme animal sauvage

Malgré sa complicité avec Mia. Charly va sortir les griffes et se battre avec. Me direz-vous: tout animal cherche les limites de son maitre pour savoir jusqu’où il peut aller. Mais ce n’est pas d’un chien que nous parlons, c’est d’un lion avec de grosses pattes et de grosses griffes qui ne contrôle pas sa force.
De plus, lors de la croissance du lionceau, on comprend vite qu’il n’est pas fait pour la maison, il a besoin de grands espaces. Tous les membres de la famille ont peur de lui, même le père qui est « expert en lion » ne veut pas s’en approcher.
On comprend belle et bien que ce n’est pas une grosse peluche quand Charly mord dangereusement une des employées de l’élevage.

III) Le lion comme attraction/ objet

Dès le début du film, l’argent est au centre des problèmes de la famille. Cette dernière ayant du mal à faire tourner le ferme et cherche un moyen de refaire surface. On apprend que le père vend des lions a des zoos ou à d’autres éleveurs. Quand Charly vient au monde, il est tout de suite vu comme une attraction pour les touristes, ce n’est pas tous les jours que l’on peut voir un lion blanc.
Cet homme ne crée aucunes attaches avec ses lions, ce ne sont que pures marchandises. D’ailleurs, quand Mia devient trop proche de son lion immaculé, il n’hésite pas à le vendre sous prétexte de protéger sa fille de ce dangereux mangeur d’homme, mais aussi pour ce faire pas mal de monnaie.
Par malchance, Mia apprend que son père n’hésite pas à vendre les félins a des chasseurs pour subvenir aux envies des touristes. Mia s’échappe donc avec son ami et débute alors une chasse au lion entre la liberté, le chasseur, et le père recherchant sa fille.

IV) Conclusion

Le film fini sur un message sur la protection des lions « Dans 20 ans, il n’y aura plus de lions sauvages ; de plus, les marchands mentent aux touristes sur la provenance des lions (pas sauvages, ils viennent d’élevages) » Kevin Richardson crée une association pour sauver ces lions. Ce film montre que les amitiés Animaux/ Hommes peuvent exister, mais que certains de ces hommes sont monstrueux et n’hésite pas à tuer des lions dans des enclos. Pour Richardson, il faut arrêter cette chasse intensive et ne pas mentir aux touristes sur l’élevage des lions. Chef d’œuvre émouvant et poétique accessible à tous.

Blog pour plus de critiques avec des images

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 355 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Noctibule Mia et le Lion blanc