👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

On ne voit jamais Michel-Ange peindre ou sculpter mais on ne voit pas les œuvres non plus. Tout juste, Michel-Ange passe un chiffon sur le genou droit du Moïse, seule partie qui se dégage alors du bloc de marbre. Quelques plans furtifs montrent la chapelle Sixtine dont le plafond est encore caché par des échafaudages et les toutes dernières images du film montrent Michel-Ange se souvenant de ses chefs-d’œuvre passés : La piéta, le David et le Moïse. Ce sont ainsi moins les œuvres d'art ou le travail de l'artiste qui intéressent Andreï Kontchalovski que les affres du créateur avec ses démons intérieurs. Son ambition de vouloir rendre compte de manière réaliste de l'atmosphère de la Renaissance verse hélas dans l'académisme. Suite de la critique ici

cineclubdecaen
7
Écrit par

il y a plus d’un an

3 j'aime

1 commentaire

Michel-Ange
Plume231
7
Michel-Ange

L'Extase et la Folie !

Comment un artiste, surtout quand il est génial, réussit à accomplir son œuvre, à être un de ses êtres humains que les dieux ont besoin d'inventer pour montrer qu'ils existent (pour paraphraser...

Lire la critique

il y a 12 mois

31 j'aime

10

Michel-Ange
SanFelice
8
Michel-Ange

L'infâme et le divin

Il y a près de soixante ans maintenant, Andreï Kontchalovski écrivait, avec son camarade de classe au VGIK (l’école de cinéma de Moscou) Andreï Tarkovski, un film sur le fameux peintre d’icônes...

Lire la critique

il y a 1 an

27 j'aime

2

Michel-Ange
dagrey
7
Michel-Ange

"En regardant mes oeuvres, l'homme n'a que des pensées impies...je voulais le conduire vers Dieu."

Début du XVIème siècle. Michel Ange quitte Florence pour Rome. Il doit terminer le plafond de la Chapelle Sixtine. Alors que le Pape Jules II soutenu par la famille Della Rovere se meurt, les Medicis...

Lire la critique

il y a plus d’un an

26 j'aime

5

Voyage à Tokyo
cineclubdecaen
10

Soigne bien tes parents avant leur enterrement

Voyage à Tokyo est le cinquième film à s'inscrire dans la lignée de ceux crées par Ozu et son scénariste à partir de la matrice de Printemps tardif (1949) qui s'attachent à décrire la rupture des...

Lire la critique

il y a 4 ans

4 j'aime

1

Seule sur la plage la nuit
cineclubdecaen
9

Mener une vie qui me ressemble

Le cinéma de Hong Sang-soo est par bien des points proche de celui d'Eric Rohmer. Le personnage principal affirme une volonté morale qu'il va confronter avec la réalité par de longs échanges verbaux...

Lire la critique

il y a 4 ans

4 j'aime

Michel-Ange
cineclubdecaen
7
Michel-Ange

Représentation académique du génie

On ne voit jamais Michel-Ange peindre ou sculpter mais on ne voit pas les œuvres non plus. Tout juste, Michel-Ange passe un chiffon sur le genou droit du Moïse, seule partie qui se dégage alors du...

Lire la critique

il y a plus d’un an

3 j'aime

1