Prison Break

Avis sur Midnight Express

Avatar OriHan Solo
Critique publiée par le

Belle surprise que le visionnage de Midnight Express, un film de Alan Parker, réalisateur chérissant les thèmes sujets à controverses comme la ségrégation raciale ou les séquelles du Viêt Nam.
Ici, il n'est point question de racisme ou de guerre mais d'une prison turque et de quelques uns de ses pensionnaires.
Ce film, c'est l'histoire vraie de William Hayes, un voyageur américain attrapé à l'aéroport d'Istanbul avec 2 kilos de haschisch. Condamné tout d'abord à une courte peine de prison, sa nationalité ( les relations entres la Turquie et les USA étaient particulièrement tendues à cette époque) joue en sa défaveur et la justice turque décide de se servir de lui comme d'un exemple en le faisant croupir en prison à perpétuité. Les conditions de vie dans cette prison sont atroces et le protagoniste cherche à s'enfuir.
Tout dans ce film est fait pour recréer l'ambiance de tension et de désespoir qui a lieu dans la prison et dans la tête de Billy Hayes. Les décors sont angoissants par leur insalubrité et la quasi absence de lumière, on a davantage l'impression que les prisonniers se trouvent dans un endroit troglodyte. Le pire c'est quand même le quartier réservé aux aliénés mentaux où l'on remarque bien que comme ils sont considérés comme des tarés, on prend pas la peine de s'occuper d'eux et on les case dans la cave. Il y a tout un tas de petits détails qui mettent mal à l'aise et nous attristent : la cour, les habitudes, la bouffe, Hamidou et même le chat.
Les personnages auxquelles se confrontent notre dealer du dimanche sont tantôt réconfortants et extravagants tantôt terrifiants et abjects. Ce qui va l'aider à ne pas se foutre en l'air ce sont trois compatriotes qui ont subi le même sort que lui : Erich, Max et Jimmy et avec lesquels il va tenter de prendre le Midnight Express (s'enfuir). Mais, ce serait trop beaux s'il n'y avait pas Rifki, la balance qui va subir un sort plus qu'atroce et Hamidou, lui c'est le bourreau de Billy Hayes, un être inhumain. D'ailleurs pour souligner cela, le réalisateur ne le fait JAMAIS parler, Hamidou se contente de frapper et de regarder les gens avec un œil mauvais, pensant donner un bon exemple à ses gros fils. Il va lui aussi subir un mauvais sort.
Tout ces éléments perturbant sont accompagnés d'une géniale bande originale de Giogio Moroder so synthé et so années 70 mais qui colle très bien au film.

En bref, Midnight Express, ce n'est pas un divertissement, c'est un fil engagé.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 876 fois
1 apprécie

Autres actions de OriHan Solo Midnight Express