Advertisement

Midsommar - Le drame ensoleillé.

Avis sur Midsommar

Avatar Teslax
Critique publiée par le

A. Aster aura fait grand bruit l'année dernière avec «Hérédité», un film d'épouvante qui aura marqué les esprits de par sa terrifiante mise en scène et des scènes qui auront glacé le sang de plus d'un spectateur. Il nous revient cette année avec «Midsommar», l'histoire d'un groupe d'amis partant pour un festival du solstice d'été en Suède à l'intérieur d'une secte où vivait l'un de leur ami, mais cette secte n'est pas forcément aussi bienveillante que ce que l'on pense au premier regard... Alors est-ce que ce film propulsera A. Aster parmi les grands noms du cinéma d'épouvante ? Le film est-il à la hauteur des espérances ?

«Midsommar» est tout simplement l'une des plus grosses claques que le cinéma a à nous offrir en cette année 2019. Le film est exceptionnel en tout point, il marque le spectateur car il possède la prouesse de pouvoir nous faire rentrer dans un véritable drame en plein soleil. En effet là où d'habitude les films d'horreurs/épouvantes concentrent la majeure partie de leur action dans des décors sombres, ici nous avons une véritable inquiétude pour les personnages alors que le soleil ne se couche jamais. Ce film casse les codes tant il est différent de tout ce que l'on peut voir habituellement dans le genre. C'est en effet très rare d'avoir aujourd'hui une œuvre où l'on nous présente la menace dans tous ces contours, nous connaissons tout de ces hommes aux pratiques étranges mais nous arrivons quand bien même à être intéresser par comment la ''menace'' du film vie au quotidien, on est vraiment intrigué par leurs traditions et coutumes, on en arrive même à ne pas apprécier certaines actions des protagonistes. Ce qui marque également, c'est tout le soin qui a été disposé pour rendre ce film beau. On est subjugué par les décors tout simplement sublimes, les costumes presque réalistes ou encore la réalisation si juste A. Aster. «Midsommar» pour nous faire rentrer dans un cauchemar illuminé pendant 2h51 où l'on est spectateur avec les protagonistes des horreurs et des moments anxiogènes du film sans que nous aussi, nous ne puissions y faire grand-chose. A. Aster a effectivement voulu que l'on puisse vivre ce film et non pas seulement le regarder, on ne peut qu'être sans voix devant un tel travail, une telle recherche réfléchit pour faire de cette œuvre un mythe. Car oui intentionnellement il ne nous donne pas toutes les réponses à la fin de ce film, ce qui est très intelligent de sa part car en faisant cela, il créer une sorte de temple, où chaque seconde on veut y découvrir chaque pièce minutieusement tant l'univers autour est construit de façon à nous rendre fou.

On peut seulement reprocher à A. Aster de ne pas pousser l'histoire de certains personnages à l'image de l'enfant issu de consanguinité car on voit bien que son rôle est bien plus important que cela ou encore des autres coutumes que l'on aurait aimé voir tant leurs réalisations est exceptionnelles. Malgré tout le film garde une narration solide qui nous fera entrer de plus en plus dans l'horreur que les personnages vivent. Nous avons également cette thématique du deuil que l'on pouvait voir dans «Hérédité» mais qui est ici laissé de façon trop subliminale, ce qui est un peu dommage tant le sujet est intéressant.

«Midsommar» est un film qui va diviser, c'est sûr. Mais si l'on arrive à entrer dans cet univers qu'A. Aster a créé, nous allons être plongé dans un véritable conte, un conte où l’on n’en ressort pas indemne tant ce chef d’œuvre marque les esprits d'une façon ou d'une autre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 91 fois
4 apprécient

Autres actions de Teslax Midsommar