Kon te partirò

Avis sur Millennium Actress

Avatar Dimitricycle
Critique publiée par le

C'est mon deuxième Satoshi Kon, après "Perfect blue", dans le cadre du visionnage dans l'ordre chronologique de l'intégralité de la filmographie du monsieur, et dans celui, plus large, d'une étonnante boulimie d'anime.

Eh bien ça faisait longtemps que je n'avais pas été aussi surpris d'apprécier un film. Oui parce que certaines notes faisaient un peu peur et que moi, les animes, autant je trouve qu'un Miyazaki en a hissé quelques-uns vers les sommets du cinéma, autant le rose brillant que j'ai trouvé chez un Makoto Shinkai me fait parfois encore me réveiller en sueur.

La trame de "Millennium actress", cette histoire d'amour inassouvi, honnêtement, moi je m'en fous pas mal, surtout que, même pour un romantique comme moi, ça paraît assez difficile à gober.

Ce qui est prenant, c'est le mélange réalité (vie de l'héroïne) / fiction (les films dans lesquels elle joue), l'onirisme, la mise en abyme, thématiques chères à Kon, qui, je trouve, s'en sort un peu mieux ici que dans "Perfect blue". (A noter que je préfère aussi parce que c'est moins glauque.)

Le film est bien construit et le fait de revenir sur cette longue carrière d'actrice est l'occasion de dresser un petit panorama du cinéma japonais, des films de propagande pendant la guerre jusqu'aux années soixante/soixante-dix. Les références sont nombreuses, et on se retrouve avec plaisir tour à tour dans les films de samouraïs de Kurosawa ("Le château de l'araignée" particulièrement), puis chez Ozu, Mizoguchi, Naruse, Kobayashi peut-être, dans "Godzilla" aussi.

L'actrice elle-même, Chiyoko Fujiwara, fait fortement penser à la grande Setsuko Hara (et à Hideko Takamine, il paraît), qui après avoir affiché son fameux sourire pendant plusieurs décennies dans les films d'Ozu, s'est soudainement retirée du cinéma à la mort du réalisateur, et vit recluse depuis.

Les deux personnages qui viennent interviewer Chiyoko sont sympathiques (surtout le journaliste) et c'est une bonne idée de les mêler aux passages filmiques revécus par l'actrice.

L'animation est de bonne facture et il y a cet élément appréciable que le film ne tombe jamais dans le kitsch ou le trop sucré, aussi bien au niveau visuel que scénaristique. Bon, un poil quand même, mais vu le sujet, c'est un miracle que ce soit si léger. En revanche il y a un peu trop de répétitions et c'est un tantinet trop bavard, ce qui, pour le coup, créé des petites lourdeurs.

La BO est plutôt chouette, surtout le morceau "Kagi no kimi".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 572 fois
12 apprécient

Autres actions de Dimitricycle Millennium Actress