Affiche Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

Critiques de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

Film de (1971)

Astérix et la blonde!

Alors j'aurais pu entrer dans le monde de Cassavetes (oui, oui, je ne connais pas du tout Cassavetes, enfin de nom quand même!!!!) en commençant par "Une femme sous influence" ou encore " Meurtre d'un bookmaker chinois" mais non, ma découverte s'effectue par l'intermédiaire d'un de ses films mineur (oh ne t'ennerve pas EIA, et ne serre pas les poings, oui, j'affirme sans la connaître que ceci... Lire la critique de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

15 14
Avatar Kowalski
7
Kowalski ·

"Je ferais n'importe quoi pour toi, je mangerais même des glaces."

Clap de fin à ma découverte fébrile et captivée de la filmographie de John Cassavetes. Autant être honnête, il est fort possible que ma note soit complètement subjective, mais après tout je suis une grande fille, je fais ce que je veux. Il y a tout dans ce film. C'est drôle, les dialogues sont drôles, les situations comme toujours chez Cassavetes sont loufoques, barrées, les personnages sont... Lire l'avis à propos de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

15 14
Avatar EIA
10
EIA ·

Ainsi va la vie...

... on peut ne pas être fasciné par Minnie et Moskowitz. Minniemum syndical pour ma part avec cette note moyenne, parce que le réalisateur est quelqu'un de respectable très apprécié sur ce site que j'adore et dont la démarche est irréprochable. Je ne parle pas de sa façon de marcher mais de sa façon de tourner. Donc ce film, comme tous ceux de John Cassavetes réalisateur, a des qualités.... Lire l'avis à propos de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

5 2
Avatar Zoom
5
Zoom ·

Le cinéma, c'est une conspiration.

Minnie et Moskowitz, tinte tel un mythe caustique de l'amour. Cet amour même, celui de Blanche Neige, de ces histoires de Princes, de ces Humphrey Bogart; royale déconstruction du gnangnantisme-à-l'eau-de-rose en chef. Ici la protagoniste a conscience de l'attrape-mouche, d'ailleurs, dès le début du film, Minnie, désabusée, face à sa collègue dans un moment brut de vérité, l'annonce... Lire l'avis à propos de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

1
Avatar Gars Vain
7
Gars Vain ·

Critique de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour) par Garrincha

C'est l'histoire d'un amour fou, hors-normes, excessif, entre deux personnages sortis tout droits d'une nouvelle de Raymond Carver. Lui est voiturier à ses heures perdues, elle employée de musée d'art moderne. Ils se rencontrent au détour d'une bagarre, Seymour débarrassant Minnie d'un prétendant un brin acariâtre, et, aussi soudainement que résolument, la passion s'invite dans le cœur de... Lire la critique de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

4 1
Avatar Garrincha
7
Garrincha ·

Critique de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour) par Maqroll

Entre Husbands et Une femme sous influence, John Cassavetes tourne ce Minnie et Moskowitz que l’on considère généralement comme un film mineur. Considération qui ne tient pas une seconde pour peu qu’on se donne la peine de le regarder ! C’est l’histoire d’une histoire d’amour, improbable peut-être, dérangeante à coup sûr, entre deux êtres que rien ne prédestinait à se lier et qui vont trouver... Lire l'avis à propos de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

3
Avatar Maqroll
9
Maqroll ·

Tout les sépare

Un beatnik vieillissant et gardien de parking rencontre une blonde sophistiquée travaillant au Muséum. Tout les sépare, sauf leur solitude et leur maladresse. Alors, ils finiront par s'aimer. Bon, on est chez Cassavetes, donc ce n'est pas un long fleuve tranquille. On discute beaucoup dans les bars et les restaurants. On se met en colère pour un oui ou pour un non. On s'embrasse puis on se... Lire la critique de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

Avatar 6nezfil
6
6nezfil ·

Notes souvenirs

Chapelet de solitudes (portraits de premier ordre); amour scellé, cadenassé (sous la pression?) et dont il faut casser la serrure par force, dont la libération passe par le combat physique violent (avant même une quelconque étreinte?). Pousse l'idée du mariage par amour (compris comme l'inverse de celui par intérêt) jusqu'à sa limite de vraisemblance. Fou rire final... Lire la critique de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

Avatar JM2LA
8
JM2LA ·

Amour explosif

Comme souvent chez John Cassevetes, le tournage est fait à l'arrache, avec pas mal de scènes improvisées, qui n'empêchent pas toujours une certaine redondance avec cette volonté d'enfoncer le même clou. Cela dit, il s'attaque au genre de la comédie sentimentale avec deux acteurs formidables, dont leurs personnages manifestent violemment leur désir amoureux, que ce soit dans l'expression ou dans... Lire l'avis à propos de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

Avatar Boubakar
7
Boubakar ·

Minnie, Moskowitz et moi, et moi et moi !

Elle travaille dans un musée d’art moderne et vit richement. Il est voiturier, porte une moustache, boit de la bière et mâche des hot-dog la bouche ouverte. Minnie et Moskowitz n’ont rien en commun, si ce n’est leur passion pour Humphrey Bogart. Cette passion commune, c’est peut-être celle du désir, que chacun recherche en l’autre, ou au cinéma. Bogey, c’est le pouvoir fantasmagorique du 7e art.... Lire la critique de Minnie et Moskowitz (Ainsi va l'amour)

1
Avatar cinematraque
10
cinematraque ·