👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C’était un film que j’hésitais à voir. Je savais qu’il existait depuis longtemps mais je n’avais jamais tenté de me le procurer. Puis j’ai fini par tomber dessus en solde, je l’ai acheté, et il a commencé à prendre la poussière sur une étagère. Yukio Mishima est un auteur tellement important pour moi que voir son œuvre par les yeux d’un autre m’apparaissait comme un odieux sacrilège.

Je me méfiais également du fait que le film reste surtout connu pour la musique de Philip Glass. J’y voyais un mauvais présage, comme si l’œuvre en elle-même n’était pas assez bonne pour vivre sans sa BO.

J’ai lu facilement 90% de son œuvre traduite en français (romans, nouvelles, théâtre et essais compris) et au fond j’avais peur de découvrir un autre Mishima, peur de voir que j’aurais pu mal le comprendre, mal l’interpréter. J’ai été tellement touché par la lecture de cet auteur que parler de cette crainte me parait être une confidence des plus intimes.

Alors que dire sinon que ma peur a été balayée par l’émerveillement à la vitesse d’un coup de katana? Ce mélange de biopic et d’extraits de son œuvre romanesque fonctionne à merveille si bien que je n’arrive plus à comprendre comment on pourrait traiter autrement d’un écrivain au cinéma. Les passages biographiques, fortement inspirés de Confessions d’un Masque et du Soleil et l’Acier, sont entrecoupés de scènes du Pavillon d’or, de la Maison de Kyoko (le seul de la liste que je n’ai pas encore lu) et de Chevaux Échappés.

La mise en scène et les décors audacieux de ces extraits soulignent à merveille les interrogations de Mishima sur la beauté et sa soif conjointe d’artifice et de pureté. Quand les caméras reviennent sur Yukio Mishima, on découvre un Ken Ogata extrêmement convaincant et à même de porter tout le poids de son personnage. Mishima a toujours su sublimer ses propres contradictions au point qu’il en devient presque impossible d’en faire une synthèse. Pourtant Paul Schrader parvient à lui rendre un hommage sublime et à unifier à l’écran ses nombreuses facettes. Une merveille.
Rvd-Slmr
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs biopics

il y a 9 ans

34 j'aime

Mishima - Une vie en quatre chapitres
Gand-Alf
9

Hara-kiri.

Immense scénariste mais cinéaste inégal, passionné par la culture japonaise, Paul Schrader s'attarde ici sur la vie de l'écrivain Yukio Mishima à travers son oeuvre et des moments cruciaux de son...

Lire la critique

il y a 10 ans

29 j'aime

8

Mishima - Une vie en quatre chapitres
AMCHI
9

Intense et d'une grande beauté

Nul n'est besoin d'avoir vu le reste de la filmographie de Paul Schrader pour deviner que Mishima est son plus beau film, il s'attaque ici à la vie de Yukio Mishima un écrivain Japonais dont la vie...

Lire la critique

il y a 8 ans

15 j'aime

2

Mishima - Une vie en quatre chapitres
Morrinson
7

"À l'instant où la lame déchira ses chairs, le disque du soleil explosa derrière ses paupières, ...

... illuminant le ciel pour un instant." Paul Schrader, le réalisateur de "Blue Collar" sur la classe ouvrière américaine et la difficile union des forces en syndicat multiculturel qui s'essaie au...

Lire la critique

il y a 2 ans

14 j'aime

2

Les Décombres
Rvd-Slmr
10

Critique de Les Décombres par Rvd-Slmr

Peu de livres sentent autant le souffre que celui-ci. Précieux témoignage sur le milieu journalistique d'avant guerre et la débâcle française, il fut à peu près impossible de le republier après la...

Lire la critique

il y a 11 ans

34 j'aime

4

Storm of the Light’s Bane
Rvd-Slmr
10

Critique de Storm of the Light’s Bane par Rvd-Slmr

Dès que je me suis inscrit sur Sens critique et que j'ai vu l'onglet « musique » grisé, j'ai su quel serait le premier album que je chroniquerai. Pourquoi « Storm of the lights bane » en particulier...

Lire la critique

il y a 10 ans

28 j'aime

Mad Max
Rvd-Slmr
3
Mad Max

Critique de Mad Max par Rvd-Slmr

"C'est CA Mad Max ?" Voilà ce que toute personne honnête devrait vous dire après avoir vu le film. Mad Max dure moins de 10 minutes, à la toute fin du film. Entre-temps le personnage ne fait rien et...

Lire la critique

il y a 7 ans

21 j'aime

2