Mission nain possible

Avis sur Mission : Impossible - Rogue Nation

Avatar Alyson Jensen
Critique publiée par le

Pour sa cinquième itération, Mission impossible se pare, comme son ainé, d'un sous-titre passe partout : Rogue Nation. Et comme dans le précédent opus, le démiurge à talonnettes Tom Cruise assoit son emprise sur l'œuvre, laissant à peine d'espace à ses acolytes pour respirer. Producteur et acteur, Tom Cruise incarne Tom Cruise : AFONDAFONDAFONDAFONDAFOND. Même si le bonhomme peut déranger par son monopole de l'image, il sait prendre de la distance et se moquer (un peu) de lui-même. Après Oblivion et Edge of tomorow, MI 5 est le troisième film où son personnage meurt (un peu). Et puis la méthode Cruise (àfondàfondàfondàfond) ne laisse jamais au spectateur l'occasion de s'ennuyer et permet aux incohérences scénaristiques d'être noyées dans la masse.

Côté caméra, pour leur seconde collaboration, Mc Quarrie remet une copie calibrée et sans grande personnalité. Jack Reacher possédait un certain charme que la mise en scène classique de MI5 n'arrive pas à dépasser. C'est propre, efficace mais il manque du frisson, comme si Mc Quarrie était plus à l'aise avec un budget plus serré. On peut s'étonner également du manque d'originalité de l'histoire quand on sait que Christopher a pondu Usual Suspect, Edge of tomorow ou Way of the gun. On navigue dans du film d'action testostérone avec un second degré rafraichissant qui gomme les enjeux dramatique tant Tom Cruise semble intouchable (un peu beaucoup).

Côté casting, les second rôles s'écrasent face à la star, seule Rebecca Ferguson arrive à faire de l'ombre à notre bonsaï arrosé au Red Bull (àfondàfondàfondàfond). Un sourire ravageur et un regard à décapsuler les braguettes renforcée (je m'excuse pour cette image qui frôle le vulgaire mais je devais la placer après avoir perdu un pari). Pegg et Renner cabotinent (un peu), Baldwin semble avoir maigrit (un peu) et les Ving Rhames on le voit (un peu).

Bref, un bon petit filmounet du mois d'aout avec un Tom Cruise qui se donne à fond (àfondàfondàfond) et qui malgré ses 52 bougies allume à tout va. Tom s'amuse, il aime faire des cascades, il aime se regarder le nombril et avouons le, nous aussi. Pour que Mission : impossible le devienne réellement, imaginons un instant un autre acteur de 1962 à la place de notre Tommy...

Dominique Faruggia is Ethan Hunt in Mission : Impossible 6 - Hyper content !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 268 fois
12 apprécient · 2 n'apprécient pas

Alyson Jensen a ajouté ce film à 3 listes Mission : Impossible - Rogue Nation

Autres actions de Alyson Jensen Mission : Impossible - Rogue Nation