👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Un homme de coeur dans un monde de fou

La droiture. Voici le mot - au sens propre comme au sens figuré - qui vient à l'esprit pour qualifier le personnage de Daniel Blake. Car il n'est pas question pour ce menuisier au chômage en lutte avec les services sociaux de baisser les bras, ni de mollir du genou. Daniel a beau avoir 59 piges et une longue vie de travail derrière lui, il n'envisage pas pour autant quelque inactivité que ce soit. Bien au contraire. Ken Loach nous le montre d'ailleurs dans un grand nombre de scènes marchant vaillamment dans la rue, grimpant des escaliers avec énergie comme s'il souhaitait insister sur une vigueur et une détermination encore intactes.
Un homme droit dans ses bottes donc, qui place au plus haut point la question de la dignité. Une dignité pragmatique, à l'optimisme chevillée au corps, qui amène notre chercheur d'emploi à accepter les aides légitimes auxquelles il a droit mais en aucun cas au prix d'une humiliation quasi programmée par la mécanique administrative.
Et le film montre justement très bien l'absurdité de ce système qui exclut la possibilité pour les gens de communiquer, de s'expliquer. Et il n'est point besoin d'être aux abois avec deux enfants ou au chômage à la soixantaine pour comprendre l'exaspération de Daniel face à ces répondeurs qui ne répondent jamais - on a tous eu affaire à eux et de plus en plus souvent - ou ces stages qui n'enrichissent que ceux qui les dispensent. Ce qui mine cet homme, ce n'est pas tant ses problèmes de cœur - il n'en manque pas - mais la déshumanisation à l’œuvre éloignant ceux qui s'en sont sortis de ceux qui sont sur la brèche. La démonstration du réalisateur britannique est de ce point de vue très efficace.
Ken Loach s'appuie sur une mise en scène fluide, sans chichis et sur une poignée de personnages "secondaires" particulièrement crédibles dont les rôles s'attachent précisément à rétablir ce qui lui semble fondamental à sauver dans une société digne de ce nom : l'entraide et la considération.
Un film généreux, très fort et non dénué d'humour.

8.5/10

Théloma
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2016, Mon top 1000 et Mon tour du monde en films

il y a 5 ans

63 j'aime

12 commentaires

Moi, Daniel Blake
Sergent_Pepper
4

Les arcanes du film social

Un atelier d’écriture de la salle communale de Newcastle. Table en formica, chaises décaties, des gâteaux secs, une fontaine et des gobelets en plastique. -Bon, on sait tous comment Ken fonctionne,...

Lire la critique

il y a 5 ans

108 j'aime

32

Moi, Daniel Blake
PhyleasFogg
8

Moi, Ken Loach....

Je vous demande pardon d'avoir décroché cette palme d'or qui aurait dû revenir à un véritable Artiste de l' esbroufe et de la pseudo subtilité niaise. Je m'excuse en m'aplatissant de vous avoir...

Lire la critique

il y a 5 ans

74 j'aime

Moi, Daniel Blake
Théloma
8

Un homme de coeur dans un monde de fou

La droiture. Voici le mot - au sens propre comme au sens figuré - qui vient à l'esprit pour qualifier le personnage de Daniel Blake. Car il n'est pas question pour ce menuisier au chômage en lutte...

Lire la critique

il y a 5 ans

63 j'aime

12

L'Anomalie
Théloma
8
L'Anomalie

Perte de sens...critique

Il est assez rare que j’écrive des papiers sur des romans sauf quand il m’ont vraiment emballé ou qu’ils sortent de l’ordinaire. C’est doublement le cas de cette savoureuse Anomalie que je viens de...

Lire la critique

il y a plus d’un an

97 j'aime

13

Ad Astra
Théloma
5
Ad Astra

La gravité et la pesanteur

La quête du père qui s’est fait la malle est un thème classique de la littérature ou du cinéma. Clifford (Tommy Lee Jones) le père de Roy Mac Bride (Brad Pitt) n’a quant à lui pas lésiné sur la...

Lire la critique

il y a 3 ans

94 j'aime

55

Life - Origine inconnue
Théloma
7

Martien go home

Les films de série B présentent bien souvent le défaut de n'être que de pâles copies de prestigieux ainés - Alien en l’occurrence - sans réussir à sortir du canevas original et à en réinventer...

Lire la critique

il y a 5 ans

79 j'aime

17