Encore un grand film pour Ken Loach ; le temps ne semble pas avoir de prise sur le réalisateur anglais
avec Moi Daniel Blake, Ken Loach décrit avec réalisme l'inhumanité et l'absurdité des services sociaux anglais (en l'occurence l'équivalent de notre pôle emploi) ; comme d'habitude les personnages sont très humains et représentatifs de la classe ouvrière anglaise désoeuvrée.
toutefois ce film est noir (peut-être le plus sombre du réalisateur) et pas d'un grand optimisme à l'inverse par exemple de La Part des anges ou de Looking for Eric ; on a l'impression que rien ni personne n'arrivera à changer cette situation où les plus démunis sont considérés comme des objets.
Encore un grand film de Ken Loach (mais avec lui on est jamais déçu) et une palme d'or méritée à Cannes

Le 5 novembre 2016

7 j'aime

9 commentaires

Moi, Daniel Blake
Sergent_Pepper
4

Les arcanes du film social

Un atelier d’écriture de la salle communale de Newcastle. Table en formica, chaises décaties, des gâteaux secs, une fontaine et des gobelets en plastique. -Bon, on sait tous comment Ken fonctionne,...

il y a 6 ans

108 j'aime

32

Moi, Daniel Blake
PhyleasFogg
8

Moi, Ken Loach....

Je vous demande pardon d'avoir décroché cette palme d'or qui aurait dû revenir à un véritable Artiste de l' esbroufe et de la pseudo subtilité niaise. Je m'excuse en m'aplatissant de vous avoir...

il y a 6 ans

74 j'aime

Moi, Daniel Blake
Theloma
8

Un homme de coeur dans un monde de fou

La droiture. Voici le mot - au sens propre comme au sens figuré - qui vient à l'esprit pour qualifier le personnage de Daniel Blake. Car il n'est pas question pour ce menuisier au chômage en lutte...

il y a 6 ans

69 j'aime

12

Adieu les cons
nico94
7

Critique de Adieu les cons par nico94

J’avoue que comme pour les films de Kervern/Délépine j’attends toujours les œuvres de Dupontel avec une certaine impatience même si on peut parfois – rarement – avoir de mauvaises surprises (comme...

il y a 2 ans

20 j'aime

12

Une grande fille
nico94
8

Quelle saloperie la guerre !

Léningrad (actuelle Saint Petersbourg), 1945 La guerre est finie depuis quelques mois à peine. Après 900 jours de siège non-stop par la Wehrmacht, des bombardements incessants, des millions de morts...

il y a 3 ans

18 j'aime

48

La guerre n'a pas un visage de femme
nico94
9

Quelle saloperie la guerre !!

Quelle saloperie la guerre (1). Un monument, cet ouvrage est un monument ! Je vais me contenter d’aborder – et de développer - certains points qui m’ont particulièrement intéressé, quitte à en...

il y a 2 ans

16 j'aime

30