👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

très beau film sur la vie de nos frères, les pauvres. ils savent rester dignes presque comme des êtres humains même quand ils meurent. parfois hélas ils se prostituent. émouvant reportage animalier de notre époque.

JulietteBidon
2
Écrit par

il y a 5 ans

6 j'aime

6 commentaires

Moi, Daniel Blake
Sergent_Pepper
4

Les arcanes du film social

Un atelier d’écriture de la salle communale de Newcastle. Table en formica, chaises décaties, des gâteaux secs, une fontaine et des gobelets en plastique. -Bon, on sait tous comment Ken fonctionne,...

Lire la critique

il y a 5 ans

107 j'aime

32

Moi, Daniel Blake
PhyleasFogg
8

Moi, Ken Loach....

Je vous demande pardon d'avoir décroché cette palme d'or qui aurait dû revenir à un véritable Artiste de l' esbroufe et de la pseudo subtilité niaise. Je m'excuse en m'aplatissant de vous avoir...

Lire la critique

il y a 5 ans

74 j'aime

Moi, Daniel Blake
Théloma
8

Un homme de coeur dans un monde de fou

La droiture. Voici le mot - au sens propre comme au sens figuré - qui vient à l'esprit pour qualifier le personnage de Daniel Blake. Car il n'est pas question pour ce menuisier au chômage en lutte...

Lire la critique

il y a 5 ans

63 j'aime

12

Ken Park
JulietteBidon
4
Ken Park

pipi

il y a un plan que j'aime bien dans ce machin pédophile facile, c'est quand l'adulte ventru boit une bière en pissant, et il y a un gros plan sur sa tête de profil en train de boire sa cannette, et...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

1

Moi, Daniel Blake
JulietteBidon
2

daniel

très beau film sur la vie de nos frères, les pauvres. ils savent rester dignes presque comme des êtres humains même quand ils meurent. parfois hélas ils se prostituent. émouvant reportage animalier...

Lire la critique

il y a 5 ans

6 j'aime

6

4 aventures de Reinette et Mirabelle
JulietteBidon
10

Critique de 4 aventures de Reinette et Mirabelle par JulietteBidon

un rohmer adorable, quasi dénué d'hétérosexualité (mais rohmer n'est-il pas subrepticement un cinéaste queer ?) et le plus bavard des films sur l'art de fermer sa grande bouche

Lire la critique

il y a 2 ans

6 j'aime

5