Avis sur

Moi, Tonya

Avatar Pom_Pom_Galli
Critique publiée par le

Bon. A la base, je suis pas un gros fan de patinage artistique. Du coup, l'idée de regarder un film sur ce sujet de me faisait pas forcement bander en premier lieu. Je ne connaissais pas non plus cette histoire autour de Tonya Harding, bien que la protagoniste semble considérer le spectateur connait déjà le dénouement de l'histoire. Bref, j'imaginais juste un énième film sportif sur le fameux outsider qui n'a rien pour lui mais qui a force de travail et de persévérance va finir par échouer (mais on s'en fout paske l'important c'est la famille). Sauf que la, ce n'est pas du bobsleigh, ni de la boxe mais du putain de patinage artistique !

Mais j'ai été agréablement surpris de voir que "I Tonya", ne correspondais pas du tout a ce que j'attendais ! Bon évidemment, il n'évite pas quelques poncifs du films sportifs décrit plus haut, a la différence près que, ici, la famille lui détruit littéralement sa vie. Si vous voulez voir ce film parce que vous aimez le patinage artistique et seulement pour ca vous aller être déçu. Au final, le sport en question aurait pu être du foot, du basket ou de la crosse quebecoise, ca n'aurait pas changé grand chose, tant le film repose surtout sur sa galerie de personnage tous aussi cons et détestables les uns que les autres. Ses personnages m'ont énormément rappelé les personnages écrit par les freres coen. Des gens stupides mais attachant qui n'aspirent qu'au bonheur et a la tranquillité d'une vie paisible, quitte a nuire aux autres ou a basculer dans l'illégalité pour arriver a leur fin. Et forcement, a cause de leur bêtises et de leur entourage encombrant, ca leur retombe sur le coin de la gueule. Par exemple, il y a ce gros lard incroyable qui vit chez ca mere mais qui s'auto persuade d'être un ancien espion reconvertit en garde du corps, m'a énormément fait pensé à Walter dans The Big Lebowski, dans sa paranoïa et sa volonté d'aider son pote de la pire manière qui soit. Ou bien le mari de Tonya, qui par amour décide d'envoyer des menaces de mort a la concurrentes de sa femme, me fait d'une certaine manière penser a Nicholas Cage dans Arizona Junior, qui kidnappe un bébé pour l'offrir a sa femme. Pendant tous le film, je me suis dit que c'était trop gros pour être vrai. Qu'on ne peut pas être aussi con et caricatural. Et bien apres renseignement, si. On peut meme retrouver les interviews de vrais protagonistes sur YouTube, et je peux vous dire que le gros lard incroyable qui vit chez ca mere est en tout point identique a son personnage dans le film. Et ce n'est pas que physique !

Dans la forme, c'est tout aussi réussi. Le montage est rythmé, la musique omniprésente, on peut difficilement s'ennuyer. Le seul problème, c'est que ce montage rythmé donne un coté un peu désinvolte au film qui lui lorgne clairement dans la case "comédie". Sauf que certains aspect de la vie de Tonya sont clairement tragique et aurait mérité une mise en scène un peu plus discrète pour faire sortir un peu d'émotion. Par exemple, les montages qui enchaine les scènes ou Tonya se fait tabasser, sont filmé comme si c'était une soirée d'étudiant américain qui font des jeux a boire avec des gobelets rouges et de meufs en bikini. Ca a l'air fun et rigolo, alors que la pauvre s'en prend pleins la gueule.

Tonya est un vrai bon film drôle et bien foutu avec un histoire trop incroyable pour être vrai. Et le fait que l'histoire soit vraie rend le film d'autant plus incroyable ! Ca m'a presque donné envie de regarder du patinage artistique.

...

Non je déconne !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 29 fois
1 apprécie

Autres actions de Pom_Pom_Galli Moi, Tonya