Pour ce dernier opus de la trilogie Mon beau-père, c’est Paul Weitz qui reprend les commandes de la réalisation ( Jay Roach est resté l’un des producteurs). Quant à John Hamburg, il est toujours le scénariste attitré.


J’étais allé voir le film en salle à l’époque et je l’avais trouvé plutôt bien ! Mais après ce nouveau visionnage, on va arrêter de ce voiler la face, ce volet est clairement de moindre qualité que ses prédécesseurs.


Une première chose qui a pour ma part son importance et que je n’ai pas retrouvée dans ce film, c’est le générique de début avec la musique de Randy Newman ! Ça peut paraître anodin, mais je trouve qu’elle faisait partie de l’identité des Mon beau-père. Quand je regardais les précédents films et que j’entendais des titres comme « A fool in Love » ou « We gonna get married » ça mettait directement dans l’ambiance que l’on nous proposait. Ne pas retrouver cet élément est donc assez décevant.


Au niveau du casting, toute l’équipe des deux précédents films est bien présente : bien entendu, Robert De Niro et Ben Stiller mais aussi Dustin Hoffman, Barbara Streisand (leurs personnages sont moins important que dans Mon beau-père, mes parents et moi) sans oublier Owen Wilson et Teri Polo.


Comme pour le premier épisode, le film se concentre sur la rivalité entre Jack Burns et Gaylord Furniker. Jack cherchant à tester la capacité de Greg à être son digne successeur en tant que chef de famille.
Le problème majeur de Mon beau-père et nous est qu’il n’y a plus la fraîcheur que l’on avait auparavant. Les situations comiques ne font plus mouche et sont réchauffées, à de rares occasions, on se surprend à rire.


L’épisode précédent avait su garder sa dynamique grâce au recrutement de Dustin Hoffman et Barbara Streisand et la qualité était restée au rendez vous. Là, ces deux protagonistes sont mis au second plan pour laisser la place à la magnifique Jessica Alba, mais dont les gags ne font même pas décrocher un sourire. Il y a également le temps de deux scènes Harvey Keitel, cependant son personnage n’est pas assez mis en avant pour exploiter la moindre once d’humour. Sa seule présence au côté de De Niro nous fait juste un petit clin d’œil, à nous cinéphile sur le souvenir de leurs collaborations passées ( Mean Street, Taxi Driver , Copland , Falling in Love). Aurait-il fallu donner plus d’importance aux personnages de Bernard ( Hoffman ) et Rose ( Streisand ) pour retrouver un niveau correct ? Je n’en suis même pas sûr.


Mon beau-père et nous est une comédie qui se laisse tout de même regarder, les 1h45 passent relativement vite. Ce dernier épisode n’est pas à la hauteur des deux autres et je me dis que si je l’avais trouvé plutôt bon à l’époque à sa sortie au cinéma, c’est surement dû à la sympathie que j’ai pour cette franchise. Pour ceux et celles qui ont cette même sympathie, contentez-vous des deux premiers et passez votre chemin sur celui-là, cela vous aidera à la conserver

Mon beau-père et nous
SlashersHouse
4

Vivement le divorce.

Ben Stiller, c'est pour certains un presque Dieu, et chacun de ses nouveaux films est toujours attendu avec impatience. Malheureusement depuis quelques années il prend une fâcheuse habitude à...

il y a 12 ans

14 j'aime

1

Mon beau-père et nous
ChrisTophe31
5

Byrnes vs Focker : 3ème et dernier round

Pour ce dernier opus de la trilogie Mon beau-père, c’est Paul Weitz qui reprend les commandes de la réalisation ( Jay Roach est resté l’un des producteurs). Quant à John Hamburg, il est toujours le...

il y a 7 ans

8 j'aime

12

Mon beau-père et nous
Marvelll
6

Quel plaisir de revoir cette famille hors norme

On sourit durant le film et on rigole à une ou deux blagues mais on est loin de retrouver l'excellence du premier opus. Un feel-good movie dans la lignée du deuxième opus. On ne cracherait pas sur un...

il y a 12 ans

4 j'aime

Shutter Island
ChrisTophe31
10

Shutter Island: analyse #4 ( SPOILER !!! )

Attention, là, je vais m'attaquer à un très grand film, l'un des meilleurs avec Leonardo Dicaprio sous la direction de Scorsese (avec Le loup de Wall Street ). Je veux parler bien sur de Shutter...

il y a 7 ans

326 j'aime

41

Collatéral
ChrisTophe31
9
Collatéral

Il était une fois à L.A

En 2004, Michael Mann réalisait avec Collatéral, l’un des polars les plus jouissifs du cinéma américain et par la même occasion l’un de ses meilleurs films. C’est dans la cité des anges, le terrain...

il y a 7 ans

97 j'aime

17

Creed - L'Héritage de Rocky Balboa
ChrisTophe31
9

Un boxeur au grand coeur

Comme beaucoup de monde, j'étais assez septique lorsqu'un spin off sur la saga Rocky a été annoncé. Ayant un grand attachement pour ce personnage depuis ma plus tendre enfance, ma réticence venait...

il y a 7 ans

74 j'aime

23