Avis sur

Mon roi par Alexandre Agnes

Avatar Alexandre Agnes
Critique publiée par le

Je ne sais pas quel film ont vu les critiques, blogs et journaux qui ont multiplié les articles sur la figure du pervers narcissique lors de sa sortie, mais je n'ai pas vu le même. En effet, de mon point de vue (et celui de mon amoureuse, qui est ressortie de la salle avec la même impression d'erreur sur la marchandise), il n'y a aucun pervers narcissique dans Mon roi. Juste un séducteur en proie à ses démons (Vincent Cassel, au top) et une amoureuse qui souffre des besoins de liberté de son homme et de son soutien à une ex maniaco-dépressive. En cela, le film semble moins traiter de la perversion masculine que de l'hystérie féminine, car si lui n'est pas irréprochable, elle réagit souvent de manière disproportionnée, et l'on a plus souvent l'occasion de se demander pourquoi elle pète un tel câble que de le condamner.

Film de la passion amoureuse et du délitement du couple, Mon roi marque un tournant dans la carrière de Maïwenn, qui détache enfin la caméra de son épaule pour oser et réussir de beaux plans fixes et des cadrages très soignés.

Une réalisation plus mature, un sujet maîtrisé (quoiqu'un peu trop étiré dans le traitement : un quart d'heure de moins aurait évité de très ponctuelles sensations de longueur) et une direction d'acteurs toujours aussi impressionnante : avec ce quatrième long métrage, Maïwenn poursuit son parcours sans faute.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 197 fois
2 apprécient

Autres actions de Alexandre Agnes Mon roi