Pour retourner en enfance...

Avis sur Mon voisin Totoro

Avatar Presci1508
Critique publiée par le

Pour remonter dans le temps, il existe une recette. Prenez tout d'abord un peu de ciel bleu et d'air pur. Ajoutez-y deux petites filles. Dans un récipient a part mélangez un hibou à un raton laveur, et agrémentez le tout d'un matou. Assemblez le tout, agrémentez de musique et de magie et vous serez prêts à retrouver le temps de votre enfance.
Mon Voisin Totoro est LE film pour enfants -ou sur l'enfance- par excellence. Avec son scénario simplissime jusqu'à être absent, ses gentilles créatures étranges mais jamais effrayantes, son découpage en petites scénettes simples à comprendre et la douceur et l'innocence qui s'en dégagent, Totoro a toutes les qualités pour séduire le jeune public, sans laisser leurs parents sur le banc de touche. Car si le scénario a tout du film pour enfants, il y a dans Mon voisin Totoro un petit quelque chose qui nous scotche devant lui avec un sourire béat et bêta.

Mon Voisin Totoro n'a pas d'autre scénario que les aventures (et encore, c'est vite dit) de deux petites filles qui découvrent la nature et leur rencontre avec des créatures imaginaires. Voilà, c'est tout, n'en demandez pas plus ! Oui, mais... Oui, mais ce film sans scénario est en tout points merveilleux. La description du quotidien des deux enfants dans la campagne est sublime de par ses détails. En nous attardant sur les découvertes des enfants, leurs emportements émotionnels, les jeux sans but de la petite Mei, ce sont des comportements oubliés qui nous reviennent en mémoire, ceux-là même que nous avions tous pendant l'enfance et que nous retrouvons avec surprise et émotion dans les personnages. On ne peut que constater la remarquable justesse des animateurs quand il s'agit de décrire en quelques dessins une psychologie enfantine. Des images incroyablement simples, telles que celle de Mei plongeant ses doigts dans une flaque pour faire fuir les têtards ou celle ou la fillette suit et imite sans arrêt sa soeur, provoquent un attachement et une nostalgie remarquables. Les scènes magiques se succèdent, aidées par une poésie visuelle de tous les instants. Conjuguées à une musique évoquant innocence et douceur, difficile de faire plus délicieusement régressif. Seuls les "Winnie l'Ourson", dans un style très différent au demeurant, y parviennent peut-être.
Mais que serait l'enfance sans ses rêves et son absence de délimitation nette entre imagination et réalité ? Et quoi de mieux pour la représenter que la présence se créatures magiques et débonnaires, adorablement gentilles en dépit de leurs apparences étranges ? Les noireaudes, le Chat-Bus et les Totoro ne sont visibles que des enfants, sont dépourvus de toute méchanceté mais ont un petit côté intriguant dans leur apparence -comme toute bonne créature enfantine. Surtout, il n'est jamais possible en l'état de déterminer si ce sont de véritables créatures accessibles aux enfants ou de simples créations imaginatives de ces derniers. Mais qu'importe au fond, puique dans l'esprit de Mei, il n'y aurait absolumment aucune différence ! Assurémment, on a affaire avec Totoro à du grand art !

Les Totoro, justement, sont la grande force du casting. Terriblement attachants, notamment dans la fameuse scène de l'arrêt de bus, ils ont fait craquer des générations de spectateurs et continueront sans doute à le faire. Muets, animaliers jusqu'au bout, à l'esprit aussi enfantin que calme, il n'y a rien d'étonnant à les voir devenir les mascottes du studio Ghibli. Mais les autres personnages ne sont pas en reste. Mei, quatre ans, terriblement crédible dans la moindre de ses réactions et Satsuki, qui à dix ans et en l'absence de sa mère doit prendre en charge des responsabilités plus grandes, sont des personnages attachants que l'on prend plaisir à suivre dans leurs découvertes.

Mais Totoro, en plus de provoquer un véritable retour en enfance, brasse également quelques thêmes dont les principaux sont la nature et la séparation d'avec la mère. Le premier thême est introduit, naturellement, par l'insistance continuelle sur les découvertes des enfants, anciens citadins, au sein de leur nouvelle habitation, et par les paysages de campagne japonaise. Le second, en filigrane, se déroule de par l'inquiétude des jeunes filles pour leur mère malade, notamment dans la dernière partie, et les responsabilités qui pèsent sur les épaules de Satsuki. En évoquant avec subtilité l'un des thêmes les plus délicats pour un jeune enfant, Mon Voisin Totoro gagne en intensité émotionnelle et en tension scénaristique dans le dernier segment, alors que Mei se perd seule dans la campagne.

Bref, Mon Voisin Totoro est LE Ghibli a faire découvrir aux enfants, si ce n'est même LE Ghibli tout court, tant il est un excellent concentré de tout ce qui fait l'âme des films d'animation du studio japonais.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 264 fois
Aucun vote pour le moment

Presci1508 a ajouté ce film d'animation à 2 listes Mon voisin Totoro

Autres actions de Presci1508 Mon voisin Totoro